Shrek 2

Shrek 2
2004
Andrew Adamson, Kelly Asbury, Conrad Vernon

Après un premier volet sans saveur mais ayant tout de même engrangé un sacré paquet de billets verts, l’idée d’une suite était une évidence. Mais comment faire replonger le spectateur ?

Comme le laissait entendre la fin du précédent film, Shrek et Fiona se marient. Cette suite prend place pendant leur lune de miel. A leur retour, Fiona reçoit une demande de ses parents qui souhaitent rencontrer son fameux mari. – On notera au passage une erreur de cohérence puisque le royaume de fort fort lointain est gouverné par les parents de Fiona et semble l’être depuis longtemps. Or juste avant le mariage, c’était encore Lord Farquaad. Soit… – Arrivés au château, l’accueil ne fut pas des plus plaisant. Et pour cause, le roi et la reine découvrent que le prince charmant ayant sauvé leur princesse est en réalité un ogre. Le courant a donc du mal à passer, d’autant que le roi avait promis sa fille à Charmant, le fils de la bonne fée. Un complot se prépare ?

Le succès du premier a permis aux investisseurs de gagner en confiance et ainsi consentir à un budget plus de deux fois supérieur. Le résultat ne se fait pas attendre : les décors sont très détaillés et le tout est sublime. Reste les personnages… Si les humains s’en sortent pas trop mal, de même que les animaux poilus, on ne peut pas en dire autant des autres créatures tel que les ogres, tout simplement repoussants. – Heureusement que leur présence est revue à la baisse grâce à l’histoire. – Et les animations sont toujours aussi saccadées et peu naturelles. Côté histoire, ça reste ultra classique même si la qualité des références augmente, notamment avec Le Seigneur des Anneaux. Le film met aussi en scène un nouveau personnage : le Chat Botté. Le résultat est tellement jouissif et drôle qu’il en éclipserait presque l’âne. De manière générale, le niveau humoristique est clairement en hausse. On s’étonne de voir un résultat presque bon alors que le premier était quasi raté. Miracle !

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.