Need For Speed The Run

Need for Speed The Run
2011
PC

Graphismes : 18/20

Si la série des Need For Speed a toujours proposé des modèles de voitures classes et très bien modélisés, les décors sont en revanche connus pour être assez vides et rébarbatifs. Eh bien ici un effort hallucinant a été consenti puisque les décors sont tout simplement magnifiques et leur variété force le respect et est tout bonnement les plus diversifiés et réussis qui soient. On retrouve de la ville (qui nous avait largement manqué dans Hot Poursuit), de la montagne, de la campagne, de l’autoroute. Le tout disponible en normal, désert, forêt, plaine, enneigé et par temps de pluie. Et tout cela grâce à une idée excellente : parcourir quelques 5000 km entre San Francisco et New-York en passant par Vegas, San Diego, Dallas ou encore Chicago. Et oui, on retrouve une très grande variété de paysages aux Etats-Unis alors autant en profiter !

Jouabilité : 14/20

Le principe du jeu est que vous devez faire la course jusqu’à New-York et ce en parcourant près de 5000 km avec pas moins de 200 autres concurrents. La course se divise en 10 étapes composées de niveaux durant lesquels on fera soit une mini-course pour gagner une ou plusieurs places soit du contre-la-montre pour « rattraper son retard ». Le gain de place durant le Run est donc préprogrammé. Mais ça n’est pas si gênant. On trouvera sur les routes des stations services pour changer de voiture mais les véritables changements seront eux aussi prévus et s’élèveront au faible nombre de trois… Et chaque avancement scénaristique s’accompagne généralement de cinématiques interactives assez bien foutues. De manière générale, on dénote que trop peu de voiture. Dommage… Sinon, les courses pourront être pimentées par la police. Non ? Eh bien non, cette vacherie à plumes passera son temps à vous pousser ou vous fracasser et là intervient le très très gros défaut du jeu : LAISSEZ MOI TRANQUILLE !!! Toute les deux secondes sans que vous vous y attendez, vos concurrents, la police ou les trop nombreux automobilistes vont vous fracasser (ça c’est pas trop grave car vous avez cinq flash-back pour continuer chaque niveau) mais surtout vous POUSSER. Dès que vous sortez un chouïa de la route le jeu vous considère comme mort ! Oubliez donc tout espoir de raccourci imprévu, ça n’existe pas. Une conduite experte et responsable est donc nécessaire. Gens nerveux s’abstenir. Reste que la conduite est très bonne et que le jeu est vachement fun.

Durée de vie : 7/20

Houa ! 5000 km de course ! C’est dingue ! En réalité vous le ferez assez rapidement car à une moyenne de 217km/h, cela vous prendra tout juste 2h15. Mais vu la difficulté de malade, comptez plutôt 5 heures pour boucler le mode The Run. Et rien ne vous incitera à le refaire car les niveaux > 8 ne servent à rien. Reste les défis, pas bien passionnant, et le multijoueur, si vous souhaitez vous faire rétamer, humilier, exploser. Bref, on en a vite fait le tour.

Bande son : 18/20

Ça claque un max ! Les bruitages sont au poil, les moteurs vrombissent et pour plus de sensations, des musiques entraînantes vous motiveront et boosteront votre concentration lors des séquences d’action poussées ou en cas d’affrontement de haut niveau, de quoi vous donner du peps et de l’entrain. De plus, les scènes de discutions mettent en avant des doubleurs français (c’est suffisamment rare pour être noté) de qualité même si les dialogue ne suivent pas.

Scénario : 5/20

Vous incarnez Jack, un vaurien recherché par la mafia. On lui propose de participer et gagner le Run pour regagner sa liberté, et un gros paquet de cash au passage. C’est plus que faible : du pur foutage de gueule ! Mise en scène bonne ou pas ! Mais bon, cela nous permet au moins de voir du paysage et c’est énorme !

Note globale : 16/20

Entre 2006 et 2010, la série des NFS a connu quatre années noires où des opus plus raté les uns les autres défilaient pour le plus grand malheur des amateurs de grosse poussée de nitro et sensations de vitesse. La concurrence se faisant discrète à ce niveau. Si le Hot Poursuit annonçait un retour aux sources bénéfique, on était encore loin du niveau d’antan. Mais la révolution est en marche grâce à cet nouvel épisode surprenant de par la diversité de ses environnements et la qualité de ses graphismes. Et ce malgré une vitesse de fou qui ne souffre ni des surcharges visuelles ni des automobilistes plus nombreux que dans aucuns autres jeux au monde. Frôler à contre-sens des voitures à plus de 300km/h, il n’y a rien de plus jouissif ! Néanmoins, le jeu souffre de gros problèmes, notamment en ce qui concerne la zone de hors-course, beaucoup trop proche des routes. De plus, si un effort scénaristique a été fourni, on reste à des années lumières de Carbon. Beaucoup de problèmes mais rien d’insurmontable. EA Black Box, vous êtes sur la bonne voie !

Ce contenu a été publié dans Critiques, Jeux vidéo. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.