Le Château dans le ciel

Le Château dans le ciel
1986
Hayao Miyazaki

1986 ? Eh oui, le film a déjà plus de 25 ans et pourtant, il ne fut sorti en France que depuis 2003 puis tout récemment en Blu-ray. Il est considéré par la presse comme le meilleur des Hayao Miyazaki et aussi comme le meilleur film d’animation qui soit.

Encré dans un univers japonais fin XIX°, le film s’inspire de la mythique cité volante : Laputa. On a retrouvé beaucoup d’écrits, notamment dans les voyages de Gulliver dont le film fait référence. Tout commence le jour ou des pirates essayent de piller un convoie aérien. A bord se trouvait Sheeta, une jeune fille possédant une étrange pierre. Mais elle tomba durant l’attaque. Pazu, un jeune garçon travaillant dans une mine, l’aperçoit tombant du ciel inconsciente mais flottant dans les airs grâce à une pierre scintillante. Cet étrange pouvoir intéresse grandement les pirates mais aussi Muska, un homme du gouvernement qui souhaite réveiller les pouvoirs véritables de la pierre pour rejoindre Laputa et en devenir le roi.

Existe t-il une civilisation ayant régné dans les cieux ? Peu probable mais une chose est sûr, ça n’est pas le cas aujourd’hui, les satellites auraient fini par la trouver. Reste que cette histoire est solide et très bien construite entre un début aventureux et une seconde partie plus étrange et fantastique digne des plus grands Ghibli. On peux aussi se demander l’influence du film sur l’extraordinaire Chrono Trigger, sorti quelques années plus tard, et sa civilisation antique vivant dans les cieux. On retrouve bien évidemment l’emprunte classique, à savoir une ambiance triste ponctuée de quelques trucs drôles (le coup des pirates-à-maman ou la pseudo bagarre), une patte artistique et graphique exceptionnelle qui joue sur une densité de détailles et des couleurs chaleureuses, et des musiques de qualité rare qui comptent ici parmi les plus belles qui soit. Mais ça n’est en rien une surprise dans la mesure où l’on est dans la norme des Miyazaki. On frôle le chef d’oeuvre mais il manque un peu de rythme et de joie de vivre. Certes il ne fallait pas en faire un film drôle mais le résultat est beaucoup trop sombre et triste pour son bien. Reste une oeuvre poétique très forte, portée par des personnages attachants, une image magnifique et des musiques magistrales.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.