Underworld

Underworld
2003
Len Wiseman

Alors que s’apprête à débarquer un quatrième opus de la saga Underworld, qui à l’air vachement bien, je me suis dit que ça serait peut-être pas une mauvaise idée de me renseigner sur ce que c’est, en regardant les trois premiers volets par exemple.

Vampires et Loup-Garou (appelés ici Lycans) s’affrontent depuis la nuit des temps. Mais il semblerai qu’aujourd’hui presque tout les Lycans ont disparus et que les quelques survivants se cachent dans les entrailles de la terre. Mais un jour, Selene (Kate Beckinsale), traqueuse de Lycans, repère un de leur groupe en chasse d’un humain, Michael Corvin (Scott Speedman). Mais pourquoi faire une chose pareille ? De plus, alors qu’elle enquêtait dessus, elle crut voir l’ex chef des Lycans, Lucian (Michael Sheen), normalement tué de la main du maître actuel des vampires, Kraven (Shane Brolly). N’y comprenant plus rien, Selene décide de réveiller son ancien maître, Viktor (Bill Nighy).

Voici sans contestes le film gothique par excellence. Tout est très sombre, les costumes sont noires (avec quelques nuances rouges et du bleu pour les yeux), et le soleil ne pointera pas une seule fois le bout de ses rayons. On sent d’ailleurs une très grande inspiration du côté de Matrix, surtout pour ce qui est de l’héroïne. Elle est d’ailleurs la principale force du film grâce au talent et la beauté de son actrice Kate Beckinsale qui mérite largement son titre de Miss Monde (reçu en 2009). Le style graphique du film marche très bien et le regard azure des vampire fascine. Par contre, les Lycans ne sont pas géniaux niveau effets spéciaux, de même que le mutant final. Et si le film est assez dynamique, on sent quand même un peu trop les deux heures. Mais une chose est sûre, le public visé sera aux anges. Et pour les autres, cela reste un film fantastique/action intéressant et divertissant.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.