Bright Star

Bright Star
2010
Jane Campion

Tirée de l’histoire vraie du poète John Keats, né en 1795, le film est principalement une adaptation de la biographie que Andrew Motion, autre poète contemporain et encore vivant, a écrit en 1998. Keats est aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands poètes romantique de l’histoire. Mais son histoire en vaut-elle pour autant le détour ?

Le film prend place à Londres en 1818. Fanny Brawne (Abbie Cornish) est une jeune femme épanouie qui s’est fait un petit nom dans le monde de la couture. Et lors d’une soirée mondaine, elle rencontre une jeune poète prodige, John Keats, qui vient tout juste d’avoir son propre recueil de poésie de publié. Entre eux, c’est le véritable coup de foudre. Mais très vite, les problèmes se multiplient : le recueil de John est massacré par la critique et il se vend très mal. Et tant qu’il ne sera pas apte à gagner sa vie, il n’est pas question d’épouser Fanny. Et pourtant, il ne renoncera jamais à ses rêves…

Le doute quand au caractère triste et mélo-dramatique de l’histoire ne plane pas très longtemps. A l’image de l’Angleterre, le soleil est pâle et le ciel est bien terne… Si les acteurs sont bons, la mise en scène correcte et l’ambiance de l’époque particulièrement bien retranscrite, on aura quand même beaucoup de mal à accrocher. On a un peu l’impression de revoir une énième romance anglaise historique qui fini dans les larmes. On commence à en avoir marre de tout ces films à l’eau de rose empoisonnée. Et comme toujours, le film s’étale sur deux longues heures mollassonnes. Mais certain trouveront de l’intérêt dans les innombrables poèmes qui y sont déclamés. Mais pour ma part, je n’est vu nul talent et cela est à la portée de n’importe qui :
Dans la brume matinale, alors que mes yeux voient pour la première fois, c’est l’image de ton visage paisible qui m’apparaît, toi dormant à mes côtés. Avant même que le soleil ne soit dévoilé, ma journée fut illuminée. Merci mon aimée de m’accompagner car sans toi je ne suis point entier.
Voilà, c’est pas sorcier de faire de la poésie !

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *