Paranormal Activity 3

Paranormal Activity 3
2011
Henry Joost, Ariel Schulman

Le succès de Paranormal Activity fut colossal et sa suite lui fit honneur en terme de recettes. Loi du billet vert oblige, tout film étant une machine à fric se doit d’être exploité au maximum : un volet par an. Et c’est dans ces moments là que les producteurs remercient les scénaristes d’avoir pensé à préparer le terrain.

En effet, dans le précédent opus de la saga, il était fait mention d’un traumatisme qu’auraient subis Katie et sa grande soeur Kristi durant leur enfance. Après un rapide « Dans l’épisode précédent : « , le film nous plonge en 1988 alors que la mère des deux filles emménage avec son nouveau copain Dennis. Etant un cameraman pour mariage, Dennis adore filmer tout ce qui se passe. Et un jour, lors d’un tremblement de terre, il observe d’étranges activités sur la vidéo. De plus, la petite Katie dit avoir un ami imaginaire du nom de Toby  capable de lui faire des problèmes si elle ne joue pas avec lui. Quelque chose ne tourne pas rond dans cette maison…

Le concept n’a pas évolué et reste inchangé : l’homme de la maison est un grand gamin qui aime faire mu-muse avec les caméras, les nuits sont comptées et un esprit frappeur se manifeste de temps à autre avec évolution exponentielle de la violence, les caméras filment cent fois chaque plans pour faire monter le suspense sans pour autant dévoiler des choses, et enfin la femme de la maison qui comme à son habitude ne croit pas et ne veut pas croire à ses choses là jusqu’à ce qu’il soit trop tard. Du coup, on se retrouve avec le problème du 2 en version multipliée car la redondance est flagrante. Néanmoins, le concept n’en reste pas moins efficace et la fin de ce film est excellente et très stressante. Et puis les différentes manifestations sont plus réussies et impressionnantes. En revanche, le fameux feu ayant brûlé la maison ne s’est pas montré, probablement pour laisser un boulevard au quatrième volet prévu pour le 31 octobre 2012. Si la saga n’a rien de révolutionnaire, elle a le mérite de proposer des films d’horreur flippant et captivant sans tomber dans le gore et à l’heure actuelle, c’est probablement l’un des rares à le proposer.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.