La Vérité si je mens ! 3

La Vérité si je mens ! 3
2012
Thomas Gilou

Il aura fallut attendre 11 ans pour revoir enfin notre bande juive préféré. Pour cet ultime épisode -avant peut être d’autres si le succès est au rendez-vous – on retrouve le vrai Dov pour un quinté identique au premier, ce qui est une bonne chose puisque tout le monde est d’accord pour dire que Vincent Elbaz est meilleur. Pour une saga aussi populaire, un troisième film peut se révélé être l’épisode de trop (cf Les Bronzés). Qu’en est-il ?

Nouvelle aventure, nouveaux problèmes : c’est la crise et dans le Sentier, c’est la crise et tous ferment peu à peu. Eddie (Richard Anconina), Dov, Yvan (Bruno Solo), Serge (José Garcia) et Patrick (Gilbert Melki) se serrent les coudes mais les problèmes se multiplient : contrôle fiscal et flagrant délit de contre-façon (coup monté). Mais la solution pourrai finalement venir des chinois, détenteurs d’un large stock de chaussures qui ne demande qu’à trouvé preneur. La plan se déroulera t-il sans accrocs ?

« La vérité vous nous avez manqué ! ». Certes, mais le retour a un prix : la qualité. Histoire de coller à l’actualité, le film parle des problèmes économiques liés à la crise et à la concurrence asiatique (ici chinoise). Certains qualifieront donc l’histoire d’opportuniste mais après tout, qu’il ne l’est pas ? Certainement pas les juifs ! Mise à part ça, l’histoire tient la route et même si elle parait assez faible et pas très intéressante, le « twist ending » final rattrape beaucoup le film. Sans ça, le film est assez drôle sans pour autant valoir le précédent. Pour ce qui est des acteurs, ils ont vieilli, les femmes sont effacées et le retour de Dov est décevant : il ne s’impose pas comme avant. Malgré tout, le film reste un très bon divertissement qui plaira tout de même aux fans de la saga, aussi exigent soient-ils.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.