Johnny English, le retour

Johnny English, le retour
2011
Oliver Parker

Huit ans après, le pire agent secret de l’histoire revient prendre du service au sein du MI7. Johnny English est de nouveau au service de la reine et devra protéger la Terre d’une nouvelle menace ! Mais était-ce bien nécessaire ? Il faut dire que le premier film était particulièrement indigeste, débile et inintéressant. Difficile de croire à un miracle…

Des suites d’une mission passablement ratée au Mozambique en 2006, Johnny English (Rowan Atkinson) fut renvoyé des services secrets britanniques et s’est recueillis dans un monastère. Mais le MI7, dirigé par Pamela (Gillian Anderson), a une nouvelle fois besoin de lui pour protéger le premier ministre chinois menacé de mort. Quand les méthodes traditionnelles ne donnent rien, la dernière solution c’est lui.

Pire qu’un matin d’hiver londonien, le film commence sous une brume des plus épaisses. Un comique de répétition s’installe autour des évènements du Mozambique sans pour autant les expliquer. La réintégration de Johnny est elle même assez confuse puisque ça n’est certainement pas pour son talent qu’il a été choisit. Les tenants de la mission sont eux aussi très flou. Mais le film continue et on suit tant bien que mal une histoire décousue et maladroite, à l’image de son « héros », bien que nettement plus doué que par le passé. De manière générale, le film est infiniment plus réaliste et mieux fait que le premier volet. par contre, l’humour promis n’est pas là, loin s’en faut. Les passages réellement drôles se comptent sur les doigts d’une main. Mais ça n’est peut-être pas plus mal quand on se souvient de la lourdeur infâme du premier. Mais cela ne suffit décemment pas pour convaincre les spectateurs. A réserver exclusivement aux inconditionnels du genre.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.