Avengers

Avengers
2012
Joss Whedon

Depuis une dizaine d’années, nos salles obscures accueillent un grand nombre d’adaptations de comics estampillés Marvel. Si chacune se justifiait plus ou moins, l’idée de les réunir dans la fameuse ligue des Avengers se concrétisait sous forme de teasing à la fin de chaque films depuis 2008. Et le voilà enfin : le film réunissant Iron Man (Robert Downey Jr.), Hulk (Mark Ruffalo), Captain America (Chris Evans), Thor (Chris Hemsworth) et bon nombre de personnages secondaires issus de tout les univers tels Nick Fury (Samuel L. Jackson), La veuve noire (Scarlett Johansson), Hawkeye (Jeremy Renner) ou encore Loki (Tom Hiddleston). Par contre, pour des questions de droits, d’autres Avengers emblématiques tels Spider-Man (appartenant à Sony) et Wolverine (propriété de la Fox) ne sont pas de la partie. Face à tout ça, une seule question se pose : foutoir total ou cross-over ultime ?

Comment réunir tout les super-héros du monde (= des Etats-Unis) ? Quelle catastrophe pourrait bien avoir lieu ? Quelle est cette dangereuse menace qui pèse sur notre planète ? Comme prévu avec la fin du film Thor, Loki a trouvé un moyen de revenir dans notre monde grâce à une étrange source de pouvoir : le cube cosmique. Il planifie d’ouvrir grâce à ça un portail vers un autre monde et relâcher sur la Terre une armée bien décidée à anéantir l’humanité. Mais l’équipe du SHIELD a un plan pour défendre notre planète, une alliance entres les plus puissants et courageux super-héros : les Avengers !

Peut on réellement parler de scénario quand il s’agit ni plus ni moins d’un prétexte bidon pour réunir les plus grandes icônes de Marvel ? Eh bien oui, quand même, ne serait-ce pour l’effort de cohésion bâtie durant tout les précédents films. Et force est de reconnaître que ça tient la route malgré un défaut assez prononcé : le SHIELD. Une nouvelle arnaque en perspective puisqu’il est évident que si le mystère reste entier sur l’organisation et que son chef, Nick Fury, semble inutile, c’est sans nul doute pour préparer les déjà annoncées suites de Avengers. Choix certes judicieux mais ça laisse un sacré vide côté histoire. Elle est d’ailleurs assez largement centrée sur le personnage de Iron Man, permettant au passage de constater qu’il file le grand amour avec Pepper (Gwyneth Paltrow) -ouf -, mais c’est bien normal : c’est leur plus grande réussite et Robert Downey Jr. est exceptionnel dans le film et sa personnalité, son charisme et sa répartie portent à eux seul le film. Les trois autres sont relégués en seconde place, surtout Hulk qui se voit attribué un nouveau interprète qui n’a donc pas la force de l’expérience. Mais avoir un film pour se porter ne suffit pas : Captain America officie en tant que sous-héros et Thor n’est plus appuyé par son comique de situation et est de toute façon sous-exploité. Mais malgré le mélange des univers et parfois de registre, le film arrive malgré tout à bien synthétiser le tout et offre un ensemble convaincant, drôle et très solide. Mais bien évidemment, une production de ce genre ne serait rien sans effets-spéciaux et grosses explosions. De ce côté là, on est très très bien servit entre la réalisation propre, le porte-avion volant, les différents combats et surtout, la guerre finale. Certes, l’action se déroulant quasi-exclusivement sur Terre, les environnements ne peuvent impressionner autant qu’un Thor mais le résultat est excellent. D’autant que la 3D est assez bonne bien que cette technologie semble de plus en plus être un fardeau. Un tel cross-over était risqué mais finalement l’ambiance des films se mélangent harmonieusement et, bien qu’il ne soit pas dénué de défauts, le résultat est très bon. L’avenir de Marvel semble des plus radieux.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *