Les Lyonnais

Les Lyonnais
2011
Olivier Marchal

Célèbre gang, les Lyonnais, appelé ainsi car sévissant dans les environs de Lyon, fut très actif et a commis un très grand nombre de braquages entre 1967 et 1977. Le film est donc un polar (aie aie aie) signé par un spécialiste du genre, Olivier Marchal, et raconte l’histoire de ces voyous selon leur propre point de vu éclairé par le chef des Lyonnais en personne. Mais tout ce professionnalisme suffira t-il à contrebalancer un genre habituellement si mauvais ?

Le film prend place de nos jours alors que le gang est dissout et que chacun, fier de son pactole accumulé, coule des jours heureux dans leur belle et grande famille de gitans/voyous. Mais la tranquillité de leur communauté va être ébranlée le jour où Serge Suttel (Tchéky Karyo), pilier des Lyonnais, se fera arrêté et emprisonné. Poussé par son code de l’honneur, l’ex chef de l’organisme Edmond « Momo » Vidal (Gérard Lanvin) engagea des jeunes braqueurs pour sortir Serge de prison. Le coup se termina en carnage avec de nombreux policiers morts et Momo se retrouve alors mêlé dans des emmerdes avec la police et ceux qui veulent du mal à Serge.

Le film n’est pas réellement centré sur le gang des Lyonnais mais plutôt sur leurs principaux chef et leur histoire. Les différentes actions du groupe étant à peine évoquées. De plus, l’histoire du film est axée sur l’amitié entre Momo, le chef, et Serge, un personnage fictif inventé pour le film. Du coup, le film est plus comme une fiction qu’une adaptation d’un fait réel. On n’ose à peine imaginer ce qu’aurait été le film sans cette histoire tant elle est le fer de lance et le seul point solide du scénario. Et pour nous raconter son histoire, le film joue sur deux époque principales : les débuts/paroxysme du gang dans les années 70 ; et ce qui constituera leur fin définitive en 2010-2011. La césure est nette et nous montre tout le savoir-faire du réalisateur qui signe une œuvre propre, claire et personnelle. On notera aussi une certaine force dans les dialogues qui prennent une tout autre envergure quand il s’agit du grand Gérard Lanvin, malheureusement seul vrai acteur du film. Presque tout les rôles sont effacés et insipides exceptés ceux de Momo, donc très bon, et Serge, pas catastrophique mais d’un niveau infiniment inférieur. On a donc un film très soigné avec un véritable travail derrière, habituellement exclus pour un polar, mais porté par une seule personne au service d’une histoire un peu vide et finalement pas très originale. Reste un excellent film du genre.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.