Ma Première fois

Ma Première fois
2012
Marie-Castille Mention-Schaar

Pour son premier film en tant que réalisatrice, Marie-Castille a voulu transposer sa propre histoire à l’écran en racontant sa première histoire d’amour de laquelle naquis une petite fille. Mais certains faits du films diffèrent de la réalité comme les destins des deux protagonistes qui se retrouvent inversés ou encore la durée de l’histoire racontée qui dans le film s’enchaîne au lieu de s’étendre sur dix ans.

Dans le film, les deux futurs tourtereaux se nomment Sarah et Zach. Leur rencontre se fit lors de leur dernière année au lycée alors que Zach changeait une nouvelle fois d’école pour cause d’indiscipline. Pour Sarah, il représente tout ce qu’elle déteste : un homme narcissique, imbu, racoleur, dragueur, prétentieux, imprévisible et mystérieux. Mais dans sa petite vie de princesse bourgeoise réglée et planifiée, elle ne put résister à l’appel de l’ange démoniaque et succomba à la pire des malédictions : le coup de foudre.

Le film démarre de façon extrêmement classique et semble partir comme une banale romance. Mais rapidement, une ambiance tendue s’en dégage et les problèmes de chacun donnent une atmosphère sombre et pesante voir morose. Il n’y aura d’ailleurs pas beaucoup de nuance dans ce ciel orageux puisque les trop rares scènes de romance n’apportent pas tellement de gaîté. Heureusement, l’histoire entre les deux protagonistes est solide, mignonne et relativement naturelle. Néanmoins, si les acteurs sont plutôt bons, on regrettera l’habituel et gênant écart d’âge entre celui des acteurs et leur rôle. Des acteurs de 20-25 ans en terminal, ça choque et enlève beaucoup de crédibilité à l’histoire. Elle se terminera d’ailleurs de façon triste et prévisible. Et si elle ne fait que donner plus de puissance dramatique au film, elle lui en coûte la bénédiction du spectateur, noyé dans la noirceur de l’histoire. Cette romance pour les bourges est assez bien faite et forte émotionnellement mais sa lenteur et son manque de joie de vivre l’empêche de correctement convaincre.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.