L’Âge de glace 3 – Le Temps des dinosaures

L'Âge de glace 3 - Le Temps des dinosaures
2009
Carlos Saldanha, Mike Thurmeier

Après un premier film sympathique, le principe d’animaux humanisés au temps de la période glacière à la sauce comique a immédiatement montré des signes de faiblesse avec un second volet débile et moins intéressant. Difficile de se montrer enthousiaste pour cette troisième aventure… Et pourtant, le succès du film a atteint un nouveau sommet : 7,8 millions d’entrées en France et 886 millions $ dans le monde, un score impressionnant.

Après avoir aider les humains puis survécu aux eaux dévastatrices, Diego (Vincent Cassel), Sid (Elie Semoun) et Manny (Gérard Lanvin) vont goûter aux joies de la préhistoire. Diego se sentant sur le déclin et cherchant la solitude, Sid se retrouve de trop entre Manny et Ellie qui attendent la venue de leur progéniture. Souhaitant fonder sa propre famille, il ira jusqu’à voler des œufs qu’il pensait abandonnés. Grosse erreur : la pauvre maman T-Rex constatant la disparition de ses petits se mit dans une colère noire et défonça tout pour les récupérer, et embarqua Sid au passage. Manny et les autres se jetèrent alors à leur poursuite et découvrirent un fait surprenant : sous leurs pieds se tenait un immense monde de dinosaures.

Excellent démarrage entre des petites histoires personnelles certes pas très originales (parenté, perte de confiance et solitude) mais au moins plus intéressante que par le passé. Ces situations donnent lieu à d’amusants gags et Sid retrouve enfin sa force comique. Mais très vite, c’est le drame. Le coup de l’improbable monde souterrain abritant pléthore de reptiles disparus refait surface dans une version on ne peut plus clichée. Pire encore, ce nouveau monde nous accable de Buck, petite fouine complètement fou et particulièrement insupportable. Il génère aussi bon nombre de blagues vaseuses. Et pourtant, l’ennui ne guette pas le spectateur, bien au contraire : cette vague de non-originalité apporte malgré tout un souffle d’air frais à une saga qui risquait de sérieusement tourner en rond. Mieux encore, l’improbable tableau familial que composent maman T-REx, Sid et les trois petit, est très drôle. Et ce nouvel univers riche et coloré change radicalement de la bête banquise et prouve la qualité des graphismes du film. Là où on attendait encore un plongeon dans les méandres de la décrépitude, le film se révèle agréablement regardable et régulièrement drôle tout en approfondissant ses personnages. Pas une once d’originalité mais ça reste divertissant.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.