Le Secret de mon succès

Le Secret de mon succès
1987
Herbert Ross

Avant de se retirer du monde de l’audiovisuel à cause de sa maladie de parkinson, dont il est aujourd’hui presque guérit au point de recommencer à tourner, l’immense Michael J. Fox nous a tout de même gratifié d’une belle collection de succès, dont celui-ci, qui n’hésite pas à jouer la carte de la vantardise (cf affiche).

Il jouera ici le rôle Brantley Foster, un jeune campagnard fraîchement diplômé souhaitant s’attaquer à New-York. Mais sur place, c’est le désespoir : l’entreprise qui devait l’embaucher a fait faillite et toutes les autres ne veulent pas de lui car il n’a aucune expérience. Du coup, à cause de cette politique d’embauche à la con que tout le monde à subit, il fait comme n’importe qu’elle autre personne fait : gonfler arbitrairement son CV. Mais c’est encore un échec… Il recours alors à la seule méthode efficace : le piston. Il démarrera donc une petite carrière de coursier pour l’entreprise de son oncle. Mais un jour, la chance va lui ouvrir grand ses bras. Se targuant de pouvoir gérer certains pans économique de la société, il va usurper un bureau vacant en se faisant passer pour un cadre supérieur.

Le film date de pourtant plus de vingt ans mais quand on voit sa recherche d’emploi, on se dit que le système est probablement stupide depuis la nuit des temps. Du coup, malgré de nombreuses coiffures vintages, dont l’objet de tout les fantasmes Christy, pour qui la ressemblance avec feu la princesse Diana frôle le sosie, le film reste plutôt d’actualité. C’est donc tout simplement qu’on suivra ce parfait exemple du rêve américain et du désir classique d’arriviste ambitieux. Il faut se battre dans la vie et le film le montre de façon loyale et mérité. Point d’arrogance ni de favoritisme, juste un courage et un déterminisme sans failles. Voilà donc des bases des plus solides pour cette comédie familiale efficace qui joue habilement sur des comiques de situation et de répétition, alliant souvent les deux pour un résultat très drôle. La scène nocturne des amoureux est particulièrement mémorable. Malgré quelques facilités évidentes et des gags éculés, le film est d’une efficacité redoutable pour ce qui est de nous faire rire.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.