Les Tuche

Les Tuche
2011
Olivier Baroux

Ceci est le quatrième film d’Olivier Baroux… Tremblez car ses premiers furent le très moyen Ce soir, je dors chez toi, l’irregardable Safari, qui restera à jamais dans nos mémoires comme l’une des plus grosses daubes de l’histoire, et le mauvais L’Italien. Pas brillant tout ça…

Cette nouvelle tentative s’axera autour de la famille Tuche, bande de bouseux d’une ville paumée et qui n’aspirent pas à grand chose. Le père (Jean-Paul Rouve) est heureux : il est enfin au chaumage et se la coule douce. Sa femme (Isabelle Nanty) et ses trois enfants se reposent tranquillement sur les aides de l’Etat, et la famille y a trouvé sa philosophie de vie. Mais un jour, ils vont gagner 100 millions d’euros au loto, les rendant infiniment riches. Du coup, ils vont partir à Monaco, lieu dont a toujours rêvé la mère, très grande fan de la princesse Stéphanie. Mais même s’ils ont l’argent, leur intégration ne sera pas facile dans ce milieu bourgeois. Ploucs Vs Bobo.

Caricature ambulante des pauvres de la campagne, cette famille Tuche dégage néanmoins une sympathie immédiate, surtout grâce à un humour potache efficace et qui attaque d’emblée. L’attachement est d’autant plus fort qu’une certaine poésie s’immisce, et qu’aussi bourrus puissent ils être, la famille est très solidaire, et n’ayant rien au départ, elle s’est construite sur des valeurs que l’argent n’achète pas : l’amour. Un démarrage assez fort qui rivalise d’ingéniosité une fois à Monaco, jouant à fond la carte de la différence. Mais une fois le tout bien installé, le souffle retombe, l’humour se fait moins présent, et l’intérêt s’effile. La fin nous lâche même complètement en ratant le virage, partant dans une direction débile et facile. Le film reste amusant, mais on en voit trop vite les limites.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.