Girl in Progress

Girl in Progress
2012
Patricia Riggen

Les bacs à DVD en sont pleins, et pourtant, leur niveau est généralement bien supérieur aux de plus en plus rares comédies américaines débarquant dans nos salles. Pour preuve, cette année seuls Ted et Projet X (dans une moindre mesure) ont fait grand bruit. Les deux seuls autres comédies à succès de 2012 ont obtenus des résultats mitigés : 21 Jump Street a fait un carton aux USA et un bide à l’étranger, tandis que American Pie 4 a établi le record de franchise malgré un four à domicile. Les temps changent ?

Comme bon nombre de teen-movie, le film parle principalement des relations conflictuelles qu’ont les enfants avec leurs parents. Ici, Ansiedad (Cierra Ramirez) souffre d’un important manque affectif. Son père est inconnu au bataillon, et sa mère (Eva Mendes) ne lui consacre presque plus de temps, trop prise par son boulot et les innombrables hommes qui traversent sa vie. Ne le supportant plus, Anne (auto surnom de la fille) décide de prendre sa vie en main et de s’émanciper. Elle doit préparer son passage forcé à l’âge adulte, ce qui veut dire finir son enfance en surjouant le côté petite princesse, puis faire sa crise d’adolescence, pour finalement perdre sa virginité. Ou comment vouloir devenir une femme en suivant un plan puéril.

Sur le papier, ça sent carrément la mauvaise copie de LOL à la différence que la crise est ici voulue, et ça change tout. Il ne s’agit donc pas d’une fille méchante par pure connerie ricanant stupidement avec ses « friends » sur les mecs « trop beaux », mais bien une gentille fille de nature qui arrive à un moment de sa vie où n’avoir aucun repère adulte ni amour familial peut pousser à l’erreur. Se sentant comme un poids et rejeté par sa mère, elle décide de devenir une femme mure et responsable pour ne plus être une charge encombrante et aussi se libérer de la déception continuelle de sa vie. Son plan est effectivement débile, mais elle se contente de reproduire le « schéma classique » par pur esprit de logique. Le décalage n’est pas seulement très drôle, mais il donne aussi une touche de légèreté et de poésie inespérée. Le charme de sa jeune actrice prometteuse n’y est sans doute pas étranger, de même que sa mère, formant un duo attendrissant. Une belle petite comédie pas bien originale, encore que, mais qui à le mérite de bien maîtriser son sujet et d’en faire un joli film.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.