La Cellule de Fermat

La Cellule de Fermat
2007
Luis Piedrahita, Rodrigo Sopeña

Alors qu’en France on balance à outrance les éternelles comédies et daubes policières, qu’aux Etats-Unis on ne fait plus que des suites et des remake, un pays résiste encore et toujours à la facilité : l’Espagne. C’est vrai, qui d’autre est capable de changer l’homme en femme avec autant de folie (La piel que habito), de faire basculer un geek du côté obscure de la force (Le Cœur du guerrier), ou de pousser de jeunes enfants à l’aliénation (Insensibles) ?

La conjoncture de Goldbach fait partie de ces théorèmes évidents mais indémontrables : chaque nombre pair peut s’écrire sous la forme d’une addition de deux nombres premiers (ex  : 50 = 13+37 ; 1000 =521+479). Alors quand un jeune homme de 22 ans en réussi la démonstration, le monde des mathématiques est en émoi. Une prouesse qui lui vaudra une invitation à une rencontre avec les plus grands logiciens du pays. Un comité de quatre personnes, invités par un certain Fermat, pseudonyme en l’honneur d’un autre théorème dont l’infinité empêche sa démonstration. Mais il s’agit en réalité d’un piège, permettant de tester leur intelligence en les confrontant à des énigmes de logique en un temps imparti. Si le chrono tombe à zéro, un système de compression s’enclenche, rétrécissant petit à petit la pièce.

Le principe du film consiste donc en un huit clos où quatre personnes vont tenter de résoudre des énigmes ensemble. On assiste donc à un thriller assez classique où « les choses ne sont pas ce qu’on croit », et où des gens qui n’avait à priori rien en commun vont se rendre compte de leur connexion au milieu de tout ça. La structure du scénario est plutôt bonne puisqu’au final tout se recoupe intelligemment, sans pour autant bouleverser les pronostiques. Pour ce qui est du fond en lui-même, on regrettera la faiblesse des énigmes, à commencer par celle de la lettre. En se concentrant deux minutes, n’importe qui serait capable d’en trouver la réponse, et les questions feraient bien rire les challengers de Newbiecontest. Reste une idée de départ intéressante, pas mal exploitée et qui change de l’ordinaire, bien qu’on pourra reprocher au film un certain manque de folie.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.