Le Dernier roi d’Ecosse

Le Dernier roi d'Ecosse
2007
Kevin Macdonald

Au travers du livre éponyme de Giles Foden dont il en est l’adaptation, le film retracera les débuts de Idi Amin Dada en tant que dictateur de l’Ouganda. Personnage ayant réellement existé, cet ex général de l’armée prit le pouvoir par coup d’état, et régna de 1971 à 1979. Pour nous plonger au cœur de cette période, le livre, et par extension le film, y a fait naître un élément extérieur :

Fraîchement diplômé de médecine, Nicholas Garrigan (James McAvoy) se destinait à rejoindre le cabinet de son père pour y devenir généraliste. Mais prit de panique par l’horreur de la redondance et de la mansuétude de sa future vie, il décida de prendre ses jambes à son cou et parti faire de l’humanitaire en Ouganda. Avec Sarah (Gillian Anderson), bénévole sur place, il trouve là une belle mission utile dans un cadre de vie à l’opposé de son Ecosse natale. Une situation déjà idyllique, mais la vie voyait encore plus grand pour lui, le faisant rencontrer le tout nouveau président ougandais, Amin Dada (Forest Whitaker). Ayant fait forte impression, il deviendra son médecin personnel puis peu à peu son plus proche conseiller, aidant ainsi une nation entière. Mais derrière le grand homme et le président charismatique qui fait soulever les foules, la vérité est tout autre…

Le rêve, l’aventure, l’ambition de vivre pleinement. Médecin, voyageur, bras droit du président, en voilà une vie bien remplie ! On suit petit à petit son parcours, allant de bonne surprises en nouvelles formidables. Et c’est avec la même ferveur qu’on suivra ce nouveau président susciter espoir et engouement, représentant à lui seul le rêve de tout un peuple. Mais en même temps, le pouvoir ayant été prit par la force, la naïveté nous poussant à le croire noble se fait rapidement rattrapé par la réalité : véritable dictateur, il n’aura fait que creuser la dette de son pays et causé la mort de près de trois-cent mille personnes. Une histoire pour le moins poignante dont l’impact est mystifié par les présences imposantes et magistrales de James McAvoy et Forest Whitaker, donnant tout de suite plus d’impact aux personnages. Les décors sont magnifiques, et la réalisation retranscrit une ambiance très tranchée et personnifiée. Le film fait preuve d’un travail remarquable, et le résultat est tout simplement excellent.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.