Soyez sympas, rembobinez

Soyez sympas, rembobinez
2008
Michel Gondry

Inspiré par un épisode de la série The Amanda Show où des propriétaire peu scrupuleux faisaient passer des parodies de grands classiques tournées par eux mêmes pour les vrais, Michel Gondry détournera ici ce concept pour une pure comédie américaine.

Propriétaire d’un magasin de location de VHS en pleine révolution du DVD, Fletcher (Danny Glover) se trouve au bord du gouffre, écrasé par des frais de restaurations de son immeuble qu’il ne peut recouvrir. Il décide de remettre son commerce en cause, et part une semaine chercher des idées de relance. Pendant ce temps, Mike est chargé de s’occuper du magasin, mais avec son ami Jerry (Jack Black), les choses ont mal tourné. Par accident magnétique, il effaça toutes les cassettes, détruisant tous leurs produits. Mais quand une cliente (Mia Farrow) leur demanda celle de SOS Fantômes, ils eurent l’idée de refaire eux même le film. Le film eu l’effet d’une bombe  : du pur nanar, tellement affligeant que s’en est hilarant. Très vite, tous le monde se mit à réclamer tel ou tel film en version « suédée »(faite par leurs soins), créant un véritable phénomène.

Après un début un peu cabotin qui rame avec ses blagues vaseuses et sa parlotte inutile, on entre dans le vif du sujet, qui passe malheureusement par du grand n’importe quoi : l’homme magnétique. La scène de la pisse d’acide est juste honteuse. Le principe du film, c’est donc deux potes, puis aidés peu à peu par toute la ville, qui refont à leur sauce et selon leurs souvenirs les films qu’ils exposaient dans leurs rayons. On y retrouvera 2001 : l’odyssée de l’espace, Rocky, Robocop, Le Roi Lion, Rush Hour 2 et d’autres films moins connus. Une idée réjouissante et très drôle, qui marche très bien avec les premiers essais, mais qui a tendance à se tasser au fur et à mesure, tombant dans du cinéma d’auteur, privant le spectateur des références, et étant des films assez tristes, perdant l’effet comique de parodie. Le film ronronne très vite, ne faisant plus évoluer le concept. Quand à la fin, elle part sur le jazzman, montrant un film ennuyeux sur un homme inintéressant. La projection est d’ailleurs risible, multipliant les erreurs flagrantes comme une tête qui cache le projecteur ou un public privé du son mais qui s’en fout. Quel dommage, cette belle idée originale et amusante ne sera que trop peu ou trop mal exploitée. Une petite déception.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.