Alceste à bicyclette

Alceste à bicyclette
2013
Philippe Le Guay

Célèbre pièce de Molière, Le Misanthrope est un grand classique du théâtre, et le film tournera autour de sa place de choix dans le cœur des comédiens, voyant dans les rôles de Alceste et Philinte des contradictions fortes qui en font des personnages si compliqués à interpréter, et donc si gratifiants.

Acteur d’une série médicale aussi populaire que navrante, Gauthier Valence (Lambert Wilson) se rêve de mettre en scène Le Misanthrope, qui reste pour lui l’une des plus grandes œuvres théâtrales. Nostalgique d’un grand acteur qui lui a apprit le métier mais qui s’est depuis retiré au nom de ses idéaux, il rendra visite à son mentor, Serge Tanneur (Fabrice Luchini). Malheureusement aigri et renfermé, ce dernier est peu enclin à remonter sur scène, dégoûté de la profession par toutes les magouilles et les traîtres du milieu. Mais face à l’honneur de pouvoir interpréter l’immense Alceste, même si Gauthier voulait se le garder jalousement, il acceptera d’effectuer une semaine de répétition, renouant avec les joies de la déclamation.

Deux grands acteurs qui se lancent le défit de qui sera le meilleur Alceste. Un combat d’ego plus que de talent, qu’on s’imaginait jouissif : de grande tirades enrichissantes saupoudrées d’humour piquant et intellectuel. Effectivement, les textes déclamés sont fort – quoique moins parlants qu’espérés – et certains passages sont ingénieux, comme le comptage des syllabes et d’autres débats sur la façon de jouer. Malheureusement, le résultat est bien moins efficace que prévu, la situation ronronnant plus que ce qu’elle n’explose. On assiste plus à deux amis qui se renvoient la balle que à deux adversaires combattant farouchement. La faute sans nul doute à l’histoire, stagnant longuement et n’allant pas plus loin que des répétitions. Assurément, les acteurs sont brillants, surtout Luchini, et les quelques brides d’humour font mouche, suffisamment pour nous faire passer un bon moment, mais le potentiel de l’histoire n’est qu’à peine effleuré.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.