Sleepy Hollow, la légende du cavalier sans tête

Sleepy Hollow, la légende du cavalier sans tête
2000
Tim Burton

Génie fou du cinéma, Tim Burton est un habitué des films déjantés, et quand il reprend une légende connue sur un sanguinaire assassin décapité, on peut s’attendre à tout. Malheureusement, si on retrouvera bien son style et sa folie, l’ombre des frères Grimm se fait sentir…

Inspecteur de la police de New York en 1799, Ichabod (Johnny Depp) fait parti des précurseurs de la police scientifique, tentant de prouver à ses confrères qu’un corps retrouvé dans l’eau n’est pas forcément mort par noyade. Mais c’est peine perdue, et il se retrouve à s’occuper d’une affaire sordide : une petite ville de campagne appelée Sleepy Hollow fut récemment victime d’assassinats par décapitation, mais personne n’a retrouvé la moindre tête. Sur place, les villageois ont leur théorie : terrible guerrier sanguinaire qui aimait décapiter les anglais mais qui fut à son tour décapité, le cavalier sans tête (Christopher Walken) serait revenu se venger ! Balivernes, les fantômes n’existent pas. Pour Ichabod, le coupable est un être de chair et de sang, et se tapi parmi les habitants. Et s’il le cavalier sans tête existait réellement ?

Reprenant à son compte le style des frères Grimm avec une enquête policière accès sur des faits surnaturels, et qui va tenter de démontrer la rationalité de l’affaire, Tim Burton n’arrivera malheureusement pas à nous captiver. Si l’histoire est assez intéressante, les décors magnifiques, les effets de lumière sympas et l’ambiance lugubre, le film va cruellement pêcher au niveau des personnages, et l’histoire ne tiendra pas ses promesses. Le principale problème du film vient de son pseudo héros le policier, véritable loque humaine peinant à trouver une lueur de courage en lui. Un postulat de départ pas si gênant, d’autant que son approche scientifique lui donne une singularité, mais seulement voilà : sa mentalité ne changera pas d’un iota en cour de route, et son investigation perdra petit à petit son caractère scientifique. Très vite, le film se prononcera irrévocablement du côté du fantastique, alors même que le personnage du cavalier sans tête est d’un profond ennui. Même Christina Ricci, énigmatique tentatrice, n’arrivera pas à changer la donne, son personnage montrant lui aussi rapidement ses limites. L’intrigue essaye tant bien que mal de faire monter le suspense avec un sombre complot, mais la vérité décevra énormément. Il y avait tout pour en faire en grand film, mais l’insipidité des personnages et le manque d’intérêt de l’histoire nous condamnent à l’ennui.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.