World War Z

World War Z
2013
Marc Forster

Quand on pense film de zombies, on pense film horrifique (28 jours plus tard), film d’action pseudo horrifique (Resident Evil) ou grosse comédie (Zombieland). Le point commun de ce genre de productions est que le public visé est assez réduit, Bienvenu à Zombieland étant le plus rentable sur sol américain avec 75 M$, tandis que Resident Evil 4 détient le record mondial avec 296 M$. Alors quand une production abordant ce thème débarque avec un budget de 190 M$, bien que la production ai souffert de graves imprévus, on se demande comment on peut croire à un tel projet. Et pourtant, dès son premier week-end en salles le film a récolté 66 M$ aux USA (pour un total final probablement au delà de 180 M$) et en 10 jours il affichait déjà 250 M$ dans le monde. Coup de génie ou campagne publicitaire de qualité ?

World War Z : une guerre mondiale contre des zombies. Ancien agent des forces spéciales de l’ONU, Gerry Lane (Brad Pitt) s’était retiré du milieu pour se recentrer sur sa famille. Mais une pandémie en décidera autrement. Phénomène dû à la pollution, agent pathogène naturel ou expérience scientifique, personne ne le sais. Tout à commencé par des cas de rage terribles, puis peu à peu le mal a gagné le pays, le monde, transformant par simple morsure un humain en monstre. Contraint, par l’ampleur du phénomène, Gerry va accepter de retourner à son ancienne vie et se battre pour que l’humanité survive.

Bam ! À peine le film a commencé que le spectateur se retrouve prit au milieu du carnage, faisant face à une boucherie de grande ampleur. Néanmoins, l’introduction faisant part de problèmes écologiques fait preuve d’un peu trop de bons sentiments, continuant à en déverser dans le film avec pour messages « il faut s’entraider ! » ou encore « vive l’Amérique, terre de héros ! ». C’est vrai, le film fait l’apologie de leur culture et de leurs valeurs, mais ça n’est pas tellement ce qu’on retiendra du film. Proposant des scènes spectaculaires et dantesques et d’autres plus intimistes et terrifiantes, le film fait montre de grandes qualités graphiques, tant en termes d’effets spéciaux que de réalisation. De même, force est de reconnaître que Brad Pitt a une classe folle, et porte avec talent le film. En dehors de ça, les quelques explications sonnent à peu près justes, mais clairement le scénario n’est pas au niveau, laissant probablement la place pour les deux suites déjà programmées. De même, le spectacle n’est pas non plus aussi colossal qu’on aurait pu espérer, certains passages manquant de rythme, bien que globalement le résultat reste assez énorme. Bref, le divertissement ultime pour ce genre de films, mais on aurait aimer être un peu plus surprit.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à World War Z

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *