Mamá

Mamá
2013
Andres Muschietti

Le genre horrifique est souvent propice à de gros démarrages au boxe-office. De plus, le film est une collaboration de Guillermo Del Toro, immense référence artistique à qui on doit, dans le même style, l’excellent Orphelinat. Porté par Jessica Chastain, le film jouit aussi de la fraîche popularité de son héroïne, qui connu la consécration avec Zero Dark Thirty. Beaucoup de facteurs de réussites, mais le film alla plus loin, réussissant un beau maintient.

Le film commence joyeusement : après avoir assassiné deux collègues de bureau, un homme est retourné voir son ex-femme, la tua, puis s’empara de ses deux filles. Après un accident de voiture, il trouva refuge dans une vielle maison cachée dans la forêt. Conscient de ce qu’il avait fait, il prit la décision de mettre fin à ses jours et à ceux de ses filles. Mais une chose mystérieuse le prit avant qu’il effectue son macabre plan. Cinq ans plus tard, les deux filles furent retrouvées là bas, miraculeusement vivantes. Confiées à leur oncle et sa femme (Jessica Chastain), elles gardèrent malheureusement de nombreuses séquelles, toujours hantées par l’esprit qui veilla sur elles pendant ce temps là, qu’elles appellent « Mama ». Mais existe-t-elle réellement et est-elle vraiment partie ?

Un peu lent à démarrer, le film tient finalement ses promesses : le frisson nous gagne. Sur fond de vies ratées et fantômes du passé, le film nous place entre deux fillettes angoissantes et une maison habitée par un esprit terrifiant. Ses apparitions sont nombreuses et horribles, jouant sur les nerfs avec le suspense, et nous paralysant avec des visions cauchemardesques et démoniaques. Néanmoins, on émettra quelques réserves sur les facilités de mise en scène, abusant de l’obscurité nocturne pour attiser la peur, ne faisant en fait qu’amoindrir l’originalité du film et dévaloriser l’intellect des personnages, fonçant têtes baissées dans des pièges évidents. On s’interroge aussi constamment sur leur logique. Est-ce du courage ou de la folie ? Pour ceux qui ne cherchent que le grand frisson, il est clair que le film est excellent. Au delà de ça, l’histoire n’est pas très approfondie et le film use et abuse d’effets préhistoriques, sauf en matière de numérique, la direction artistique étant particulièrement soignée. Un très beau travail, mais un peu trop fidèle au genre.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.