Amour & Turbulences

Amour & Turbulences
2013
Alexandre Castagnetti

À l’image du film Un Prince (presque) charmant, le film semblait aux premiers abords assez facile et peu intéressant : une comédie romantique banale sur deux ex qui se retrouvent par hasard assis côte à côte dans un avion. Mais le film nous réserve quelques bonnes surprises.

Comme expliqué précédemment, le principe du film est simple : en partance de New-York, un vol va réunir Julie (Ludivine Sagnier) et Antoine (Nicolas Bedos), deux anciens amants. Il y a trois ans, leur relation prit fin, et aujourd’hui Julie exhibe fièrement sa réussite sociale et maritale tandis que Antoine vante sa suprématie. Bien sûr, tout cela n’est qu’un jeu camouflant leurs misères respectives, les plaies de leur amour n’étant encore pas bien refermées. Se remémorant le passé, ils vont tenter d’apaiser leur colère, se rappelant au doux souvenir de leur rencontre, à la joie de leur moments ensembles, mais aussi la violence de leur rupture. Et s’ils avaient fait fausse route pendant tout ce temps ?

Moins bête que prévu, le film fait preuve de deux qualités remarquables : la construction logique et originale de son histoire, et la qualité de ses dialogues. Alternant joutes orales et flash-back, le film compense le classicisme de son histoire en nous happant avec des comiques de situation cocasses ou intelligentes, les agrémentant de remarques aussi fourbes que malignes. Que ce soit pour des boutades ou des vannes (le pote joué par Jonathan Cohen étant sans doute le point le plus drôle du film), la plupart des dialogues tombent justes et sonnent percutants, donnant à la fois plus d’impact et de saveur à l’histoire. Pas franchement transcendante, cette dernière s’avère tout de même bien pensée, avançant méthodiquement. Fin, mignon, drôle et pas mal joué. Ça n’est pas la comédie de l’année mais on s’amuse bien.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.