Act of Valor

Act of Valor
2012
Mike McCoy ( I ), Scott Waugh

Plus ou moins assimilé à une histoire vraie, le film s’inspire du quotidien des Navy SEAL, un commando d’élite de l’armée américaine. Dans un pays aussi patriotique que les Etats-Unis, le film y fut un grand succès : 70 M$, mais tout juste poussé à 81 M$ avec les recettes mondiales. Bon film de guerre ou propagande honteuse ?

Dans le film, la nation est menacée par un trafiquant ukrainien. Suspecté de faire des affaires avec un dangereux tchétchène musulman (Al-Qaïda !!!), il a kidnappé un agent chargé de l’espionner. Une situation qui met en péril la sécurité du pays, si jamais des informations top secrètes filtraient. Mais malgré quelques échanges de balles, l’opération de récupération se passa sans trop de heurt, et le suspect fut appréhendé. Malheureusement, une menace plus grande encore pèse sur eux : une alliance avec le terroriste tchétchène a bien eu lieu, et des gilets kamikazes indétectables ont été créés. Pas le droit à l’erreur, le pays compte sur eux !

Hou les vilains trafiquants, hou les vilains musulmans ! Heureusement que les supers gentils mégas forts d’américains sont là ! Le film est presque une parodie de l’art de vivre à l’américaine : les gars sont virils, balancent des discours héroïques et épiques, ils visent super bien et allient vie de famille irréprochable et dévouement inébranlable pour leur nation. Nous avons vécu en soldat, nous sommes morts en homme, et notre pays à fait de nous des héros. À côté de ça, tout ce qui porte une barbe et prie Allah mérite de mourir, c’est aussi simple que ça. Le film propagande dans toute sa splendeur. Et malencontreusement ce n’est pas le pire problème du film : mise à part le tir au pigeon dans la jungle et dans une moindre mesure l’affrontement final, le film se traîne, perdant trop de temps à développer des histoires ennuyeuses sur des soldats formatés à l’extrême. On peux même carrément lire sur un des casques « We believe in God », preuve ultime de l’endoctrinement. Du coup, en plus de l’avalanche de clichés et du message abusivement patriotique, on s’ennui par le manque général d’action, un comble pour un film de guerre. Le film est clairement destiné à un public précis et on ne s’y trompera pas.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.