Comme des frères

Comme des frères
2012
Hugo Gélin

Jolie succès critique de l’an passé, le film n’a pas pourtant pas rencontré un franc succès dans les salles. La faute à une concurrence trop rude ? Peut-être, à moins que le sujet fut jugé trop sensible. Difficile de rire de pauvres âmes égarées dont le phare s’est brisé, emporté dans le tourment de la mort.

Elle est apparue dans leur vie comme un doux rayon de lumière, elle est partie dans la douleur et le chagrin. Chacun d’eux se souviendra avec tendresse et nostalgie de la radieuse Charlie (Mélanie Thierry) qui illumina à tous leurs journées bien maussades, avant d’être emportée par un terrible cancer. Se retrouvant à ses funérailles, Boris (François-Xavier Demaison), Elie (Nicolas Duvauchelle) et Maxime (Pierre Niney) décidèrent de respecter les dernières volontés de Charlie en partant faire ce voyage en Corse qu’ils n’ont jamais pu faire tous les quatre. Minés par la tristesse et querelleurs de cet amour partagé, ces trois hommes de trois décennies différentes (20, 30 et 40 ans) vont tenter de surmonter le deuil ensemble, comme des frères partageant cette même âme sœur.

Trois hommes aimant secrètement la même femme, se suffisant de son amitié, mais qui voient leurs mondes s’écrouler lorsque ce bonheur hypothétique disparaît définitivement, emportant aussi ce qui est devenu au fil du temps leur meilleure amie. Ils n’ont rien en commun à par elle, mais vont quand même fraterniser. Un beau film sur l’amitié, dominé par le thème de la mort injuste et destructrice, ponctué par de grands moments d’émotion où le souvenir de l’être aimé fait terriblement souffrir. Fait avec beaucoup de professionnalisme, le film manie avec habileté l’art du flashback, y mettant ce qu’il faut de nostalgie et de tendresse, allant crescendo dans l’empathie, nous tirant presque les larmes. Les changements de réalisation renforce le côté mystique de leur relation avec Charlie, nous aidant à ressentir leur attachement si fort. Le trio marche lui aussi très fort, chaque personnage étant intéressant et sympathique, et leur proximité explosive donne lieu à des situations aussi dramatiques que drôles, car le film est aussi une comédie grinçante assez efficace et percutante, jouant beaucoup sur la naïveté du petit jeune. Drôle et touchant, le film est une très bonne surprise qui traite avec modestie et retenue d’un sujet pourtant difficile et triste.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.