The Place Beyond the Pines

The Place Beyond the Pines
2013
Derek Cianfrance

Sans de parler de monstrueux succès surprise (35 M$, même pour 15 M$ de budget, y’a pas de quoi s’extasier), on peut dire que le film a su trouver son public et l’a convaincu. Pourtant, un point fâcheux pouvait refroidir quelque peu : le réalisateur avait signé le mou et moribond Blue Valentine, qui avait pourtant plu à beaucoup de suicidaires. Mais heureusement, les progrès ça existe.

Pour le moins déstabilisant structurellement, le film est divisé en trois histoires contées à la suite, toutes imbriquées et vues par un personnage principal différent. La première partie s’intéresse à Luke (Ryan Gosling), un pilote de motos de génie, utilisant son don pour cambrioler des banques, dans le but de reconquérir sa dulcinée (Eva Mendes) avec qui il a eu un enfant. La seconde histoire nous replace dans le cadre de la police avec Avery Cross (Bradley Cooper), un flic considéré comme un héros mais qui culpabilise au sujet d’un homme qu’il a abattu gratuitement, et décide de faire tomber ses collègues ripoux pour avoir meilleure conscience. La troisième partie se déroulant quinze ans plus tard, vue par Jason (Dane DeHaan), nous montre une jeunesse désabusée avec les enfants de Luke et Avery (qu’il a eu avec Rose Byrne), et boucle la boucle.

Difficile au début de rentrer dans le film avec un Luke défiguré et enlaidie par ces cancers de la peau nauséeux qu’on appelle tatouages. Arrogant et bête comme pas deux, il finira tout de même par nous toucher avec sa naïveté émouvante, mais c’est alors que le film bascule et nous plonge dans un univers encore moins bon. Si déjà les cambriolages sont un sujet épuré et souvent mieux que ça, on part ensuite dans les bas fonds de la police avec un Avery insupportable doublé d’une ordure finie, avant d’atterrir dans les tréfonds que sont la jeunesse. Trois sujets, trois axes mauvais, mais pourtant l’histoire n’est si faible de par sa densité et son déroulement maîtrisé et méthodique. De même, si certains acteurs se montrent antipathiques, surtout le fils du flic, ça se passe plutôt bien. Pas original pour un sou, le film reste malgré tout bien fait, notamment en ce qui concerne l’ambiance et la réalisation.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.