Le Grand Méchant Loup

Le Grand Méchant Loup
2013
Nicolas Charlet, Bruno Lavaine

Le principe de valeur sûre n’est plus ce qu’il était. Il fut une époque où la simple présence de Kad Merad assurait le million d’entrée d’office, quelque soit la qualité du film. Ici, il s’adjoint aussi les services d’autres grandes stars, mais les résultats furent très très mauvais : à peine 355 686 entrées. Bon, il est vrai que reprendre le conte des trois petits cochons où les cochons seraient des pervers et le loup la femme en général, ça pouvait laisser perplexe…

On suivra trois frères, principalement Philippe (Benoît Poelvoorde) le cadet, mais aussi Louis (Kad Merad), l’aîné fortuné et particulièrement arrogant de par sa réussite et la « perfection » de sa famille, de même que Henri (Fred Testot), le benjamin piégé dans une relation platonique et moribonde avec son épouse policière (Léa Drucker). Pour Philippe, la situation est très confortable entre un boulot bien réglé, deux enfants et une femme aimante (Valérie Donzelli), malheureusement plus croyante que pratiquante. Un quotidien agréable mais lassant, qu’il enverra valdinguer avec une joie immense le jour où il rencontra Natacha (Charlotte Le Bon), une jeune femme aussi insouciante et belle que fougueuse. Ils menaient jusqu’alors leurs vies plus ou moins chacun de son côté, mais l’hospitalisation de leur mère va les rapprocher et les amener à se questionner sur ce qu’ils ont accompli.

Des personnages, pas d’histoire si ce n’est les éternels problèmes de couples : sur le papier le film avait tout de la comédie française fatigante. Mais finalement le film nous convainc assez vite de part un humour plus fin que d’habitude, et surtout de part des situations plus inspirées qu’à l’accoutumé. On sera même surpris avec les changements de perspectives réguliers, redynamisant le tout et approfondissant d’une belle manière certaines scènes. On se laisse pas mal entraîner grâce à la sympathie des personnages et l’intérêt que leurs histoires suscitent. On ne révolutionne rien, on ne se poile pas tellement et l’originalité n’est pas la qualité première du film, mais ça fonctionne, on est surpris par moment, et l’intérêt est suffisant pour attendre le prochain rebondissement avec une pointe de curiosité. C’est presque un miracle !

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.