Crazy Joe

Crazy Joe
2013
Steven Knight

Se décrivant lui même comme un mauvais acteur incapable de faire autre chose, Jason Statham se retrouve une nouvelle fois dans la peau d’un gros dur : Joey Jones. Ex militaire ayant commit des atrocités durant la guerre d’Afghanistan, ne supportant plus les horreurs dont il était l’instrument, il est aujourd’hui un déserteur, se cachant au milieu des SDF des rues de Londres (un cas classique si on en croit les statistiques qui répertorient 10% des clochards comme des anciens militaires). Mais la vie peut y être dangereuse : deux détrousseurs s’en prirent à lui et une amie. S’en étant sorti in extremis, Joe apprit néanmoins une terrible nouvelle : son amie est depuis portée disparue. Si quelqu’un lui a fait du mal, il en payera le prix…

Malgré le fait que l’acteur campe éternellement le même genre de bad-ass, ses films se suivent mais ne se ressemblent pas. Point de gros film d’action ou d’effusion de sang, d’ultra violence ou de trash. Un film plutôt sobre, plus mature que d’habitude et où le scénario creuse beaucoup la psychologie des personnages. Un « revenge-movie » réfléchit et posé, peut-être trop d’ailleurs. En effet, le film met pas mal de temps à installer son intrigue, relativement faible au passage. Un manque de rythme évident, peu d’action voir pas du tout, et une ligne directrice de prime abord assez floue. Puis le film se dévoile un peu plus, dépeint une relation intéressante avec la bonne-sœur et nous donne envie d’en découvrir d’avantage. Sans doutes les attentes devenaient démesurées, mais la fin ne rendra pas justice au chemin parcouru, craquant dans les derniers instants en nous refusant la meilleure fin possible. Dommage, on en restera à de simples attentions maladroites.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.