Last days of Summer

Last days of Summer
2014
Jason Reitman

Réalisateur de films atypiques sur la détresse humaine, Jason Reitman nous revient avec un nouveau drame sur un petite famille de campagne qui recevra une visite qui changera leur vie. Passé complètement inaperçu durant la période des cérémonies (tout juste une nomination pour son actrice aux Golden Globes), le film a en plus connu une sacrée débâcle lors de sa sortie en salle à domicile en janvier dernier, malgré des critiques plutôt positives. Mais le problème semble plus être lié au potentiel commercial qu’à la qualité première.

Evénement majeur dans sa vie, Henry Wheeler (Tobey Maguire) revient sur le week-end qui a précédé son entrée en 4°, alors qu’il avait 13 ans. Il vivait paisiblement avec sa mère dans une petite ville rurale où il ne se passe généralement rien, mais ce jour là, la prison du conté vit l’un de ses prisonniers réussir son évasion : Frank (Josh Brolin). Blessé et seul, il n’avait ni planque ni possibilité d’aide extérieure et en appela à la générosité de Henry. Mais face à la réticence de sa mère (Kate Winslet), il n’eu de choix que d’user de la menace. Activement recherché par les forces de l’ordre, il s’abrita ainsi chez eux. Loin de l’image du truand classique et dangereux, Henry et sa mère vont peu à peu découvrir un homme bon et généreux, et vont commencer à s’attacher à lui.

Une mère et son fils qui abritent un fugitif, ça ne paye pas de mine à première vue, mais bien au delà de tout critère scénaristique, le film s’impose naturellement. Une douce lumière qui vient tamiser une pièce chaleureuse, un simple regard échangé, un service rendu généreusement : le film transcendent chaque aspect du quotidien en lui donnant un caractère surréaliste quasi divin, comme si l’arrivée de cet homme ranimait le foyer. La complicité s’installe modestement et la vie semble briller de mille feux. Une petite ode au bonheur, fruit du hasard ou du destin, berçant un spectateur ravit par tant de délicatesse. Mais difficile d’oublier la terrible épée de Damoclès qui se fait de plus en plus menaçante à mesure que le danger semble s’écarter car plus les journées sont belles et plus la prochaine tempête sera dévastatrice. La fin aurait pu choisir l’apothéose, mais on ne bascule pas non plus dans une orientation complètement décevante, et on l’accueil ainsi en demi-teinte. Une belle romance très soignée, portée par d’excellents acteurs incarnant des personnages très profonds, mais il manque tout de même une dimension scénaristique, en l’état un peu trop étouffée.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.