L’Echelle de Jacob

L’Echelle de Jacob
1991
Adrian Lyne

Considéré comme un grand classique de l’épouvante qui aurait notamment inspiré la saga vidéo-ludique Silent Hill (un fait qui saute aux yeux) – et par extension son adaptation cinématographique – et sans doute bien d’autres, le film a donc marqué pas mal de gens à l’époque. Mais avec le temps, la primeur et l’innovation d’un film s’effacent, et donner un coup de pelle dans le passé peut être décevant…

La guerre ça vous change un homme. Depuis qu’il est revenu du Vietnam, Jacob (Tim Robbins) a comme des angoisses à répétition, des douleurs inexplicables. Bien sûr, avoir dû se séparer de sa femme et avoir perdu un garçon (Macaulay Culkin) si jeune est traumatisant, sans compter l’armée, mais récemment les choses ont commencé à pas mal empirer. Son simple mal de dos a prit beaucoup d’importance, et les hallucinations se multiplient. Son sens de la réalité est constamment brouillé par des apparitions démoniaques, des visions du Vietnam lui reviennent de façon intempestives, et la folie semble le gagner inexorablement.

Oui, il est facile de comprendre en quoi le film peut être considéré comme culte. L’acteur principal est très charismatique, l’ambiance est stressante, la réalité continuellement changeante, et le scénario est à la fois couillu dans sa dénonciation des dérives du gouvernement américain, et intéressant dans son développement et sa structure. Plein de bonnes pistes, mais au résultat assez faible. On ne ressent strictement aucune menace de la part des apparitions cauchemardesques, et son ambiance générale est même bancale. L’enchevêtrement d’idées paraît plus brouillon qu’autre chose, et la narration semble bien plate. On ne croit jamais vraiment à ce que l’on voit tant les réalités se mêlent, amorçant grandement la fin, pourtant totalement incohérente. C’est bien là l’énorme problème du film qui rend tout ce qui précède vide de sens : l’explication des tenants et des aboutissants de l’histoire sur la drogue illégalement inoculée par l’armée américaine est impossible du fait du point de vue appartenant à un Jacob ignorant. Un twist qui ôte donc tout intérêt au film tant il repose sur une erreur. Belle idée très prometteuse mais complètement ratée.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.