Les Trois frères, le retour

Les Trois frères, le retour
2014
Didier Bourdon, Bernard Campan, Pascal Légitimus

On attendait ça depuis 13 ans et un certain Les Rois Mages, amère déception tant le niveau était bas. Mais connaissant la force comique du trio des Inconnus, l’espoir était toujours permis, même si l’idée d’une suite aux Trois Frères, certes succès commercial énorme, n’était pas forcément la meilleure nouvelle possible vu la qualité discutable du film.

19 ans ont passé mais rien n’a changé : Bernard (Bernard Campan) est toujours un acteur raté aux innombrables projets imaginaires, Didier (Didier Bourdon) quant à lui tente irrémédiablement de faire un beau mariage en rêvant à l’héritage de sa promise, et Pascal (Pascal Légitimus) est resté le même arriviste qui ne peut se complaire que dans le luxe, quitte à devoir se taper une vieille et grosse bourgeoise. Une fois de plus, les trois frères vont être réunis par leur mère dont les cendres ont été rapatriées en France, et à nouveau les emmerdes vont se mettre à pleuvoir.

On prend les mêmes et on recommence. On aurait pu croire que la paternité aurait rendu Didier plus sage, et sans doute beaucoup espéraient une union avec la mère de Michael, ou peut-être mieux encore avec la ravissante Marie, mais ni l’une ni l’autre ne sera de la partie, un choix regrettable. Seul personnage secondaire de retour : Michael, présent furtivement sur la fin. À la place, on se focalisera sur la fille de Bernard, sortie de nulle part avec une triple romance elle aussi complètement artificielle. Les situations sentent le redit et la trame principale n’a que peu d’attrait, d’autant que plombée par une crédibilité atroce. L’humour est très présent, un peu lourd par moments, mais sensiblement dans la même veine que Les trois frères. Comparé à un retour comme Les Bronzés 3, on s’en sort pas si mal, mais la déception reste immense. Qu’importe, avec leur ancien producteur de mort, lui qui rendait un rassemblement impossible, et un score plus qu’honorable au box-office (2,2 millions d’entrées), le trio est reformé et on espère le voir retenter prochainement sa chance.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.