L’Appât

L’Appât
1953
Anthony Mann

Petit succès de la belle époque de James Stewart, le film se voulait comme une petite révolution dans le milieu surexploité des westerns, y incorporant le style polar habituel du réalisateur. Un film qui se voulait comme psychologique, brutal et dénotant de la faiblesse de l’homme face à l’immensité et la violence de la nature. Au moins tout ça…

Tout ce qu’il y a de plus classique, le film est un « revenge-movie » où le héros, Howard Kemp (James Stewart), traque une vieille connaissance qui a commit quelques crimes et, voulant profiter de la récompense de 5000 $ promise à qui le ramènerai, joindra l’utile à l’agréable. Un avis de recherche « mort ou vif » où il pensait choisir la première option, mais une fois débusqué grâce à deux compagnon de route, il va découvrir qu’une femme accompagne sa cible, et ne voulant la choquer, il va choisir de l’escorter jusqu’à son peloton d’exécution. Une aubaine pour le condamné à mort, qui se voit déjà semer la zizanie dans le groupe pour s’offrir une chance de s’échapper, d’autant plus avec son amie qui ne laisse pas l’assemblée indifférente.

Malgré tout le talent de son interprète, on aura rarement vu un héros aussi faible. Il n’a jamais le courage de prendre les décisions qu’il faut, se montre incapable de gérer la responsabilité de plusieurs hommes, peine à escalader une falaise alors que son sous-fifre y arrive sans forcer, vise très mal et se bat comme une lavette. Il est aussi facilement manipulable et craque dès la première femme venue, même si cette dernière est particulièrement androgyne. Mais il reste malgré tout le personnage le plus intéressant du film, les autres étant tous de froids calculateurs passablement corrompus. L’histoire n’a rien de bien passionnante, et le pseudo suspense sur le moment où le prisonnier tentera de s’évader ne fait que moyennement tenir en haleine. Heureusement, même si les gros plans sont horriblement cadrés, la réalisation permet de rehausser le niveau en montrant toute la splendeur des décors, bien que le thème de la force de la nature soit raté de par la nullité extrême des personnages qu’une simple bourrasque pourrait désintégrer. Le rythme relativement maîtrisé et les quelques enjeux de chacun permettent de ne pas sombrer totalement, mais le travail reste très fainéant.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.