Nebraska

Nebraska
2014
Alexander Payne

Voilà incontestablement le film le plus étrange et donc potentiellement original des derniers Oscars, où le film était nominé dans une demi-douzaine de catégories dont les plus prestigieuses. Ne possédant aucun acteur connu (mise à part vite fait Bob Odenkirk, le fameux Saul de Breaking Bad), le film est en plus en noir et blanc, un choix audacieux de nos jours, trop peut-être : pauvre en récompenses, le film ne récolta que 23 M$ dans le monde. Un destin peu surprenant malgré quelques qualités indéniables.

Le film raconte la déchéance d’un vieil homme du Nebraska, Woody Grant. Pauvre, alcoolique, mari dépressif et père indigne, il perd peu à peu la boule et devient complètement sénile. Un calvaire pour son entourage, surtout depuis quelques jours, s’étant mit dans la tête qu’il était devenu millionnaire et qu’il devait au plus vite aller chercher son chèque à quelques 1500 bornes de là, tout ça parce qu’il a reçu une pub bidon qui demande de s’inscrire à des magasines pour récupérer son prix. Un naufrage que son jeune fils va décider d’accompagner en l’emmenant jusqu’à destination, l’occasion de retourner dans sa ville d’enfance qui se trouve sur le chemin.

En théorie, l’idée du film est ennuyeuse. En pratique aussi. Néanmoins, le film arrive à contrebalancer le vide abyssal de son histoire par des personnages forts et attachants, notamment le jeune fils d’une dévotion et d’une compréhension touchantes, surtout avec cette fin sublime, symboliquement très forte. On alterne efficacement entre des moments très drôles d’absurdité totale et des séquences chargées en émotion, décrivant la détresse humaine dans la campagne profonde américaine, haut lieu de perdition. En revanche, le rythme est passablement atroce, perdant régulièrement le spectateur dans des scènes de figuration pas très utiles et surtout assommantes. La réalisation n’aide pas non plus, le choix stylistique bicolore étant passablement raté, rendant régulièrement l’image illisible faute de lumière. On ne décroche heureusement jamais vraiment, le talent des acteurs n’y étant assurément pas étranger, mais malgré quelques fulgurances et un beau message, le film n’est certainement pas une œuvre bouleversante. Un film atypique et réussi à bien des égares, mais qui ne fera pas date.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.