The Rover

The Rover
2014
David Michôd

Petit film qui espérait se faire une réputation au travers des festivals le présentant, et malgré des critiques plutôt positives et un gros soutien des diffuseurs, le film se planta dans les grandes largeurs, récoltant un peu moins de 2 M$ dans le monde (me semble t-il, les chiffres du box-office mondial étant désormais censurés par ces ordures d’IMDb). Peu surprenant, car si le film tente effectivement quelque chose, le résultat est assez laborieux.

Dans un futur relativement proche, le film se déroule en Australie, 10 ans après la chute de l’économie, aboutissant à une zone de non-droits où il ne fait pas bon vivre. Simple fermier, Eric (Guy Pearce) va péter un câble le jour où une bande de petites frappes va lui dérober sa voiture. Bien décidé à récupérer son bien, il est prêt à traverser le pays pour les retrouver. Sur sa route, il croisera Rey (Robert Pattinson), frère d’un des voleurs, un peu simple d’esprit mais très volontaire.

Bien qu’il se défend de toute inspiration de ce côté là, le film fait clairement écho à Mad Max, mais peut être plus encore à Duel de Spielberg où un chauffeur poids lourd poursuivait un pauvre type dans sa voiture. Donc le principe du road trip vengeur dans le désert australien n’a rien de novateur, même en y ajoutant une violence très crue. Et comme le film est un film d’ambiance au scénario pas très poussé, ça part déjà très mal. Heureusement, on se paye deux têtes d’affiche intéressantes, l’un étant une valeur sûre, l’autre étant une star montante qui commence à tenter des rôles complexes. Pas extraordinaire niveau interprétation, ça reste du bon niveau, et c’est à quelques scènes choc près la seule chose qui nous fait tenir. En effet, le film fait beaucoup trop d’exposition, il prend trop son temps pour dépeindre l’univers, la situation, la psychologie des personnages, et au final l’ennui s’installe. Pas complètement raté, le film n’a pas grand chose à offrir, et souffre surtout d’une histoire très pauvre et pas forcément cohérente, on pense notamment à l’origine de l’électricité dans un monde sans économie. Il aurait mieux valut ne pas chercher à récupérer cette fameuse voiture…

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.