La Liste de mes envies

La Liste de mes envies
2014
Didier Le Pêcheur

Sauf les gros fils et filles de bourges qui sont nés avec une cuillère en or massif incrustée de pierres précieuses dans la bouche, à peu près tout le monde a un jour où l’autre fantasmé sur un gain mirobolant au loto, de à quel point cela rendrait sa vie meilleure, plus facile, plus censée et au fond rassurante, démontrant le sens de la vie, l’existence d’une entité supérieure qu’on regrette d’avoir blâmé si souvent, et aussi une vie après la mort. Bref, la consécration ultime d’une vie qui ouvre toutes les portes possibles. Mais voilà, nous somme en France, un pays pauvre et qui s’appauvri, et le film est malheureusement là pour nous remettre les pieds sur terre…

Dans la petite ville sinistrée d’Arras, de tous les habitants il n’y en a qu’une qui ne soit pas envieuse, emplie d’amertume : Jocelyne (Mathilde Seigner). Certes, elle a connu des moments tragiques avec son mari (Marc Lavoine), mais leur couple est désormais solidement uni, un amour fort les animant, et sa petite entreprise la ravit. Une vie simple, mais elle s’y complaisait tellement. Puis un jour, poussé par ses sœurs (Virginie Hocq et Frédérique Bel), elle va jouer au loto et empocher la cagnotte de 18 M€. Un événement qui ferait hurler de joie n’importe qui d’autre, mais pas elle.

L’argent ne fait le bonheur, d’accord, mais franchement, merde ! Y’en a qui méritent des claques par milliers ! Garder un chèque sans l’encaisser, de peur de changer sa vie, c’est même plus de la couardise à ce niveau, le pallier de la connerie est fracassé ! Bon personnellement on me file les clefs d’une maison un peu ancienne à Grabels à côté de mon école et je reste à faire animateur toute ma vie en dégoulinant de bonheur, mais ça ne serai pas pour autant que je cracherai sur une petite maison de campagne à Saint-Tropez avec le yacht et la Porsche qui vont bien. Là où le film Ah si j’étais riche avait tout compris, celui-ci se plante dans les grandes largeurs à tenter une direction humble mais totalement bancale entre des réactions stupides et un développement contre-productif. La dernière ligne droite fini de nous perdre totalement, démontrant un manque de cohérence atroce. Une démarche première douteuse, et le résultat n’arrive même pas à faire tenir le film avec.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.