Jimmy’s Hall

Jimmy’s Hall
2014
Ken Loach

Ken Loach est quelqu’un que je connais peu malgré ces nombreuses décennies de métier, et le seul autre film de lui que j’ai vu m’a laissé glacial, me laissant supposer qu’il était l’un de ces réalisateurs de cinéma d’auteur à beaucoup trop conceptualiser et contextualiser ses films. Un avis bien différent ici pour son tout dernier film, plus classique et abordable.

Tiré d’une histoire vraie s’étant déroulée dans les années 20 (à noter d’ailleurs une incohérence au sujet de la crise de 29 que le héros n’a pas connu aux Etats-Unis, contrairement à ce qui est dit), le film raconte le retour chez lui après 12 ans en Amérique de Jimmy Gralton (Barry Ward). Considéré comme un communiste dangereux pour les valeurs de l’église et par extension de son pays (l’Irlande), il aura œuvré malgré les interdictions pour le bonheur de ses compatriotes, créant le Jimmy’s Hall, lieu où l’enseignement et les loisirs ne sont pas soumit au contrôle du clergé.

C’est clair qu’il y a eu un avant et qu’il y a désormais un après Downton Abbey : je suis incapable de parler d’une œuvre cinématographique se déroulant dans le royaume pas encore uni du début du XX° siècle sans la comparer avec ce monument de la télévision. Et pour cause : on retrouve l’ambiance de l’époque, au bord de la révolution culturelle, mais conservant ses valeurs et ses manières aristocratiques. De la bienséance outrancière dans un monde espiègle, prêt à se dévergonder dès que les mentalités auront changé. C’est paisible, très agréable à regarder, comme une leçon douce sur l’art de vivre, la simplicité des choses. Les personnages sont attachants, incarnés par de très bons acteurs, surtout le personnage principal très charismatique, et l’histoire a beau être simpliste, elle n’en reste pas moins intéressante. Un combat pour la liberté un peu léger, une romance pas vraiment aboutie et un prêtre qui ne va pas au bout des choses, mais le film est très bien fait et arrive à nous interpeller sur presque tous les sujets qu’il aborde.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.