Gone Girl

Gone Girl
2014
David Fincher

Si le livre de Gillian Flynn fut une consécration, le film n’a rien à lui envier côté popularité. Réalisé par l’un des plus grands maîtres du genre, David Fincher, le film est désormais son plus gros succès commercial avec 368 M$ dans le monde, et les critiques sont exceptionnelles, même si cela n’a pour l’instant pas suffit pour rapporter un prix au film. On parle d’un tour de force majeur en matière de suspens, de prestations bluffantes, et les éloges ne tarissent pas. À ce point ? Pas tellement…

Cinq ans c’est parfois trop pour certains couples. Cela faisait près de deux ans que Nick (Ben Affleck) et Amy (Rosamund Pike) s’étaient éloignés, et ils en étaient au point de rupture. Des disputes, ils en avaient toujours eu, mais jamais autant que ces derniers temps. Et puis un jour, en rentrant chez lui, Nick découvre une table en verre cassée, des éléments étranges, et surtout la disparition de sa femme. Un avis de disparition est alors lancé, mais tous les regards sont tournés vers Nick, coupable tout désigné. Un mari violent qui n’aurait pas su se retenir ou est-il l’objet d’un vaste complot ?

Qu’on se le dise, le film est très bon. Le sens de la mise en scène est incroyable, la réalisation est quasi parfaite (un chouïa trop statique) et les acteurs sont en effet très convaincants, bien que pas transcendant, surtout Emily Ratajkowski dont la grande première se résume à un déballage de ses charmes. L’histoire est un modèle de construction, millimétrée et indiscutable d’un point de vu cohérence, jouant même sur nos attentes (le film frustre le spectateur en ne lui montrant pas une interview cruciale dans un premier temps, mais seulement pour qu’on la découvre comme les autres au moment de la diffusion, décalée). Du boulot de perfectionniste qui ne laisse rien au hasard et maîtrise chaque aspect avec un talent rare. Les personnages sont intéressants (notamment les secondaires comme l’avocat incarné par Tyler Perry, comme quoi pas uniquement comique, et surtout Carrie Coon qui joue la sœur jumelle, véritable révélation du film), torturés comme il faut, et on découvre certains aspects inquiétants et d’un machiavélisme atroce. Mais seulement voilà, le film est surtout confondant de banalité. Une histoire comme celle-ci, on en a vu des centaines, et souvent plus originales. Pour un film basé sur le suspense, il en est malheureusement totalement dépourvu. Tout est tellement calibré et classique que seul un novice pourrait se faire berner. Du coup on suit un peu passivement le déroulement des choses sans vraiment sentir un frisson à la mesure des enjeux. Donc malgré un savoir-faire d’exception, le résultat déçoit par son manque de portée. Un film largement surestimé.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.