Taxi 3

Taxi 3
2003
Gérard Krawczyk

On se pose cinq minutes sur un canapé et c’est réglé : le scénario du prochain taxi est plié. Avec un score fleuve dépassant les dix millions de spectateurs en France, Taxi 2 ne laissait aucune place au doute, il allait y en avoir d’autres. Et après tout, un certain potentiel restait lattant, ne serait-ce qu’en poussanr le concept plus loin avec des enquêtes plus bidons que jamais et des courses plus spectaculaires qu’un simple pic de vitesse à contre-sens ou une pseudo transformation lamentable en avion. Mais non…

Après les allemands puis les asiats, les bridés sont de retour, cachés par des costumes de pères noël. Alors que Émilien (Frédéric Diefenthal) et Daniel (Samy Naceri) sont en proie avec la grossesse (permettant de refoutre Marion Cotillard sans savoir vraiment à quoi d’autre elle peut servir), et tout les tracas que cela implique, un terrible gang de père-noël mène la vie dure à la police marseillaise, et encore une fois le taxi sera le sauveur, changeant Marseille et Paris en montagne suisse.

Ah la la, on a faillit y croire. En mode Yamakazi, le début envoie du lourd, enfin le niveau supérieur qu’on attendait tant, avec quelques séquences inspirées et comiques, révélant un guest-star d’envergure : Sylvester Stallone. Nom de Zeus ! La suite continue fort avec les comiques sur les grossesses, assez efficaces, et les prémices de l’enquête avec Q, objet de jeux de mots faciles et prévisibles, mais avec le chef de la police plus minable que jamais, on en ri davantage. Puis patatras : le retour des asiatiques, un monstre de bolide improbable qui ne sert qu’à tout dégommer dans une gratuité totale, de la redite en pagaille, une histoire ennuyeuse sur presque tous les tableaux, et une séquence de fin vraiment pas terrible. Pas spécialement une surprise, mais les espoirs de voir un épisode de Taxi proposer du vrai spectacle d’envergure à la Fast & Furious s’effondre, et ça m’étonnerait que le quatrième et probablement dernier volet ne rectifie le tir, car après tout pourquoi changer une formule qui marche ? Verdict demain.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.