The Voices

The Voices
2015
Marjane Satrapi

Depuis la série Dexter, le meurtre de masse est devenu presque festif, et voir débarquer une comédie cynique sur ce thème est même logique. Néanmoins, le public visé étant assez restreint, le scénario figurait sur la fameuse black-list des projets risqués, et le film ne sortira d’ailleurs peut-être pas aux Etats-Unis, d’autant plus vu l’échec cuisant du film en Grande-Bretagne (heureusement pour eux que la France sauve un peu les meubles).

Quand notre mère nous demande de l’achever quand on est encore enfant, ça laisse des marques, c’est sûr, surtout si cette dernière était maltraitée par son mari et qu’elle entendait des voix. Jerry (Ryan Reynolds) avait donc peu de chance de finir saint d’esprit, et c’est exactement pour ça qu’une psychologue le suit assidûment, mais vu que ce dernier refuse de prendre ses médicaments, le mal est déjà entré en lui. Les animaux autour de lui lui parlent, et son chat le pousse à commettre des meurtres. D’abord réticent à s’engager sur cette voie, il va succomber aux voix.

J’ai toujours trouvé que Ryan Reynolds était un mauvais acteur, obligatoirement cantonné aux comédies à cause de sa tête de con. Seulement quand on lui propose un rôle sur-mesure, le résultat est génial. La bêtise dans toute sa splendeur : jamais quelqu’un n’aura aussi peu transpiré l’intelligence que lui, et il est d’un naturel époustouflant. Une formidable idée de base, au potentiel comique énorme, mais c’est aussi un boulet que se traîne l’histoire. Quand on est un meurtrier, ne même pas avoir un QI à deux chiffre est une plaie tant les indices laissés sont flagrant, affichant presque une pancarte avec écrit « je suis un assassin ». L’histoire s’en retrouve donc rapidement poussive, à la conclusion inévitable. Dommage car d’autres excellentes idées sont de la partie avec les têtes de Anna Kendrick et Gemma Arterton, mais au final on reste assez mitigé, bien que la dernière scène soit encore une fois une belle trouvaille. Une idée originale et efficace, avec un psychopathe génial et un humour noir ravageur, mais la trame est un peu trop faible pour pleinement convaincre.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.