1001 pattes

1001 pattes
1999
John Lasseter, Andrew Stanton

Un DVD qui traîne, un gros besoin de faire un maximum de critiques de films pour combler une absence de 11 jours, mais surtout une énorme envie de remettre Disney à sa place après une petite perle d’animation japonaise tellement plus brillante. Certes, le studio aux grandes oreilles et au portefeuille encore plus imposant a très bonne réputation, surtout auprès des jeunes enfants, mais quand ils font de la merde, ça suinte de toutes parts. Ne vous laissez pas avoir pas des réalisateurs de renom et un joli succès en salle !

Quels genres de problèmes peut avoir une fourmi ? La construction des tunnels ? L’acheminement de la nourriture ? Eh non, et en y repensant je me demande même si les scénaristes savent ce qu’est la vie d’une fourmi. Ici, la colonie vie sous le joug des sauterelles (qui ont peur des oiseaux, du coup oh la la, je me demande comment cela va bien pouvoir se finir… ), qui les obligent à leur donner une grande partie de leur récolte, car elles sont pas belles et vilaines. Du coup, le rejeton du groupe va partir à l’aventure chercher des renforts. Oh la la, mais va t-il y arriver ? Finira t-il avec la princesse ? Zut alors, trop de suspense, je n’en peut plus.

Les débuts calamiteux de la 3D… C’est peut-être ça aussi qui a participé au succès du film, son animation informatique, intégralement numérique. Et pourtant, on est loin de la prouesse, et ça ne mériterait même pas d’être montré à un public. Si les couleurs sont vives, les modèles des personnages sont ignobles, les décors horriblement vides, et la gestion des reflets de l’eau est indigne. Mais tout cela découle probablement d’un problème d’inspiration en amont : la direction artistique est tout simplement atroce, puante, dégueulasse. Les personnages, en plus d’avoir été écrit comme des porcs et inspirant tout sauf de la sympathie, sont visuellement repoussants, mais c’est peut-être pour se donner un genre réaliste comme la plupart des gens ont en horreur les insectes. Pas de risques que ça change ! Ainsi dont, tout dans l’image nous donne envie de vomir, et l’histoire est niaise au possible, et difficile de trancher pour savoir si elle est plus ennuyeuse ou stupide. Un film que j’avais détesté petit, et qui me répugne plus que jamais.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.