En équilibre

En équilibre
2015
Denis Dercourt

Avec des critiques plutôt bonnes, la question de la légitimité de la faible popularité du film en salles se posait, mais finalement non, c’est bon. Pas de soucis c’est mérité, on s’en bat les steaks, et encore plus après avoir vu le film, énième drame français inutile qui dresse le portrait d’un homme brisé. Grand dresseur de chevaux et cascadeur aguerri, Marc (Albert Dupontel) a vu sa vie basculer lors d’un tournage à haut risque, ayant subit une blessure le rendant paraplégique. Les assurances, risquant gros sur cette histoire, vont lui envoyer Florence (Cécile de France), censée lui faire accepter des indemnisations les plus basses possibles. Un métier de pourris, et face à des gens aussi haineux que Marc cela semble naturel, et pourtant…

En France on adore les films moralisateurs pleins de messages, et celui-ci en regorge. On a un homme aigri et renfermé ? On va lui donner une bonne raison de l’être en le clouant au sol, le privant ainsi de sa passion équestre. On a une femme qui a oublié ses rêves et qui s’acharne dans un boulot inhumain ? On va lui faire tomber le masque et s’ouvrir aux autres comme jamais. C’est facile, prévisible, et on en retire aucune intensité dramatique, noyant l’émotion sous une gigantesque amertume. On aurait envie de rêver avec la sublime Cécile de France dont la chevelure resplendissante évoque la fougue et la passion, mais face à un invariable Albert Dupontel, condamné aux mêmes rôles de connards figés, on ne décolle jamais vraiment. C’est mou, impersonnel, trop peu vivant, et le récit et ses messages sont d’une grande banalité. L’intérêt se manifeste à l’occasion, mais on replonge immanquablement dans un ennui passif.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.