Broken Horses

Broken Horses
2015
Vidhu Vinod Chopra

À s’agglutiner autour des grandes villes on aurait tendance à l’oublier, mais les Etats-Unis sont avant tout de vastes étendues aux larges zones inhabitées ou si peu que seuls ceux qui y sont nés peuvent connaître, et la vie y est si dur que tous les moyens sont bons pour s’en sortir. Dans une petite ville à la frontière mexicaine, les truands sont légions et les gangs prospèrent, et le shérif du coin l’a payé de sa vie, laissant derrière lui deux orphelins. L’aîné, Jacob (Anton Yelchin), a refait sa vie à New-York et y est violoncelliste, mais son petit frère Buddy (Chris Marquette), un peu attardé, fut pour sa part embrigadé dans le gang de Julius Hench (Vincent D’Onofrio), et il ne compte pas s’en séparer.

Dans les films, plus une ville est petite et isolée et plus ça craint. Point de film d’horreur ici, mais c’est loin d’être la joie : un drame familial, un jeune crédule formaté, un milieu dangereux et un changement qui agace les mauvaises personnes. C’était écrit, ça devait partir en vrille, et ça n’a pas manqué. Donc forcément, on s’attend à beaucoup de choses, presque tout en fait, et c’est vraiment classique, que ce soit l’histoire ou la direction artistique. Une ambiance pesante, stressante, limite angoissante, mais rien de bien original. Ce qui change un peu la donne, outre la fraîcheur du casting, c’est le personnage demeuré du frère, de plus en plus attachant, avec deux scènes remarquables liées : celle du repas à trois puis de la confrontation avec l’évocation du cheval, toutes deux d’un grand impact dramatique. Ça ne change pas la face du monde, mais ça suffit pour faire la différence et nous convaincre.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.