En route !

En route !
2015
Tim Johnson

Après le sympathique Croods et surtout l’exceptionnel Dragons, le studio DreamWorks nous revenait cette année avec un nouveau film d’animation, mais l’excitation était bien moindre. Fini les voyages en terre inconnue, promesse de paysages sublimes et de grande inspiration artistique, on nous vendait ici un road trip entre un extraterrestre débile et une rebelle des cités, avec une bande-annonce qui indiquait un âge maximum limite très bas. Mais bon, même quand le studio se plante et laisse craindre le pire, le résultat peut rester très bon, comme avec Les Cinq légendes, laissant entrevoir une semi-bonne surprise. Il n’en sera malheureusement rien, et on est pas loin du catastrophique Monstres contre Aliens, c’est dire.

Peuple le plus lâche de la galaxie, les Boovs fuient de planète en planète pour échapper à leurs ennemis jurés, les Gorgs.  Cette fois, ils vont trouver refuge sur Terre, relocalisant les péquenots sous-évolués qu’on appelle « humains » dans des camps de concentration en Australie pour prendre leurs quartiers dans nos anciens quartiers. Une installation promesse de tranquillité, mais c’était sans compter sur Oh, le plus débile et maladroit des Boovs, qui va envoyer une invitation à sa pendouille de crémaillère à l’univers tout entier, incluant les Gorgs. Traqué par les siens, il va alors fuir en compagnie de Tif, une jeune humaine séparée de sa mère.

Que le film soit mauvais est une chose, mais un tel affront suscite une haine sans bornes. On a probablement jamais vu un scénario aussi bon à ce point désintégré. Vous imaginez ? Un monde post-apocalyptique où l’humanité s’est fait déposséder de sa propre planète, et on nous propose un road-trip survival où une pauvre petite fille se retrouve obligée de s’allier avec l’un des monstres responsable de son malheur pour retrouver sa mère ? Avec ou sans l’alliance, le film aurait pu être un pilier incontournable du genre, peut-être même un monument de la science-fiction ! Mais voilà, à grand renfort de couleurs fluo, de surcharge visuelle, de sous-intrigues stupides, de prout et autres humiliations publiques censées être drôles, le film nous perd inexorablement dans une vulgarité affligeante, et à aucun moment le scénario ne tient ses promesses. Sur tous les plans le film est un échec, proposant un univers visuel hideux et un bestiaire ignoble, et on a rarement vu un héros aussi détestable que Oh. On pourrait alors dire « oui, mais les enfants vont aimer ». Mais il est aussi là le problème ! Bon déjà, les enfants faut bien les accompagner, donc penser un peu plus aux adultes ne ferait pas de mal, mais ce film est un danger colossal pour les enfants : effet pseudo comique des Boovs, leur langage ne comprend pas la conjugaison ni la grammaire, donnant lieu à des phrases néfastes pour l’éducation. Donc non seulement le traitement de l’histoire est indigne et toute personne dotée de facultés mentales en pâtira, mais en plus le film est dangereux pour l’apprentissage des petits. À bannir de toute urgence.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à En route !

  1. Julien dit :

    Je pense que tu n’es pas bien partial.
    Personnellement, j’ai trouvé le film mauvais, en effet, mais pas plus mauvais que les autres films de DreamWorks, et pour moi Dragons n’est pas spécialement au dessus du lot. C’est niais, caca-prout (oui, Dragons aussi, ne t’en déplaise, fait des blagues de ce niveau).
    Ceci dit, le coup de la grammaire, j’ai trouvé que c’était le seul intérêt du film.
    C’est plutôt bien trouvé, et malin, justement. Et côté éducation, c’est pas en regardant ce film que les gamins vont se mettre à parler n’importe comment.
    Si, y’a la BO qui est pas mal non plus, même si ça ne suffit pas pour sauver la chose.

  2. Julien dit :

    *pas bien impartial justement !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.