Renaissances

Renaissances
2015
Tarsem Singh

Un bide n’a pas tellement valeur de qualité, surtout en plein été quand le marché est saturé par les blockbusters estivaux. L’été ayant été en plus l’un des plus prolifique de l’histoire, cette petite production SF est donc passée complètement inaperçue avec moins de 30 M$ récoltés dans le monde, surtout que l’accueil du public n’a pas été si bon. Dommage, car ce genre de production est rare et très intéressant.

Quand un grand esprit qui a tant apporté au monde s’en va à cause d’une maladie à la con, c’est une immense perte pour l’humanité tant la personne en question pouvait encore apporter de si belles et importantes choses. Partant de ce principe, une mystérieuse entreprise a mit au point une technologie capable de transférer l’esprit d’une personne dans un autre corps pour qu’il y survive en cas de maladie incurable. C’est ce que son président (Matthew Goode) a proposé à Damiens Hayes (Ben Kingsley), architecte milliardaire qui a révolutionné les modes de constructions et le paysage urbain de New-York, mais qui est condamné par un cancer métastasé. S’accrochant à la vie par peur de mourir, il va accepter de transférer son esprit dans un autre corps (Ryan Reynolds), qu’il croyait vide, pure produit de laboratoire. Souffrant d’hallucinations, il va peu à peu se rendre compte que ses visions n’ont rien d’imaginaire et que son nouveau corps appartenait auparavant à un autre.

Encore et toujours les mêmes éternelles questions. Peut-on échapper à la mort ? Quel en serait le prix ? Une vie vaut-elle plus qu’une autre ? Ne répondant évidemment pas à la moindre question, le film soulève le débat et propose matière à réfléchir. Cette fois, l’angle est celui du transfert d’esprit, avec une approche intéressante d’implantation magnétique, fonctionnant comme une greffe lambda avec un traitement anti-rejet à prendre. Sans vraiment se montrer bouleversant de réalisme, le film défend bien sa vision et son scénario possède une logique cohérente, des indices étant même savamment cachés pour donner plus d’ampleur et de légitimité aux rebondissements. Sans nous bluffer de complexité ou d’originalité, le film fait preuve de créativité et de solidité. Point d’effet spéciaux, juste une histoire et une ambiance, pour un résultat plutôt fort. À noter tout de même un certain malaise non sans rappeler Jupiter Ascending ou À l’aube du 6ème jour dans la mesure où, quand un homme s’érige au rang de dieu, le fait qu’un humain puisse le défaire semble contre nature, et ça fout un sacré choc. Sans valoir les références du genre, le film ne laisse donc pas indifférent et rempli son office de prise de tête psychologique, tout en assurant un certain spectacle.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.