Les Minions

Les Minions
2015
Pierre Coffin, Kyle Balda

Gros succès malgré une qualité discutable, Moi, Moche et méchant a logiquement connu une suite, vraiment limite, mais qui a pourtant atteint des stratosphères au box-office avec un inconcevable 970 M$ racketté dans le monde. Pire encore, pour entretenir la machine à fric en attendant la sortie du troisième volet, un spin-off a vu le jour, centré sur les petits monstres jaunes appelés « minions ». Heureusement, ces derniers étaient le meilleur ressort comique des deux épisodes, de quoi espérer un regain d’intérêt. La folie entourant la franchise en a profité pour pulvériser tous les paliers, étant actuellement assis sur 1,15 milliards de dollars dans le monde, ce qui en fait le second plus gros succès de tous les temps pour un film d’animation, et quasi plus gros succès de l’année en France avec 6,4 millions d’entrées si un certain Star Wars ne réduisait pas à néant tous les précédents records sur son passage. Et pourtant, quel massacre…

Préquel sur les Minions avant leur rencontre avec Gru, le film raconte le parcours de ces étranges créatures jaunes qui ne se complaisent qu’en servant un maître du mal. Allant d’échec en échec à travers les âges, ils dépérissent désormais dans une triste caverne de glace. Stuart, Bob et Kevin vont alors partir à la recherche d’un nouveau maître à suivre, et vont jeter leur dévolu sur Scarlett Overkill (Marion Cotillard, d’ailleurs secondée par Guillaume Canet). Pour retenir leur candidature, elle va exiger d’eux qu’ils lui rapporte la couronne d’Angleterre, qui ferait d’elle la nouvelle reine.

Je meurs. On frôle les pires heures de l’histoire de l’animation. Le bilan du film n’est d’ailleurs pas sans rappeler celui du Chat Potté : un spin-off sympathique sur le papier car étant basé sur ce qu’une saga d’animation moyenne avait de meilleur, mais qui s’avère être une ignominie sans nom. Les similitudes sont d’ailleurs nombreuses. Dans les deux cas, le personnage qu’on aimait est caricaturé si outrancièrement qu’il en devient insupportable, l’humour est au raz-des-pâquerettes, les références culturelles nuisibles, la direction artistique atroce, et l’histoire est lamentable. Non mais sérieusement ? Genre ils volent la couronne et ça fait d’elle la nouvelle reine d’Angleterre ? Les scénaristes se sont vraiment dit que les enfants étaient si confondants de bêtise qu’une hérésie pareille allait passer ? Et si encore il n’y avait que ça, mais tous les personnages sans exception sont insipides, débiles à souhait et esthétiquement ratés. Technologiquement le film est beau, il y a un vrai travail de mise en scène, de lumière, mais rarement une direction artistique n’aura été si ignoble. Intellectuellement nuisible pour les enfants, insupportable pour les parents, le film est un désastre total dont le succès est de toute évidence une hallucination collective.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.