Rocky III

Rocky III
1983
Sylvester Stallone

Quand on a une telle machine à cash entre les mains, il faut faire bien attention, telle fut la leçon tirée par le fainéant Rocky II, décevant qualitativement et financièrement. Pas question de refaire le même film une troisième fois, et l’objectif de ce troisième volet était de franchir un pallier en terme de spectacle. Plus gros, plus dynamique, plus bourrin, et du coup c’est vachement bien. Les recettes se sont envolées, la confiance fut regagnée.

Ayé, Rocky Balboa (Sylvester Stallone) a battu Apollo Creed et est devenu le champion du monde poids lourd et toutes catégories de boxe. Marié, père, riche et célèbre, il avait tout et n’a jamais perdu un seul combat depuis. Seulement voilà, à force de trop se complaire et se la jouer vedette, il va perdre son « œil du tigre » (sa force de détermination), et quand un challenger agressif qui en veut comme nul autre va lui lancer un défis, la donne va singulièrement changer.

Enfin le Rocky qu’on attendait ! Il aime l’argent, parader et se pavaner, mais le précédent film ne l’avait que peu traité. Ici on met le paquet, on le montre sous son jour le plus snob, mais toujours humain dans le sens où c’est le propre de l’homme que de s’épanouir dans de telles conditions. L’approche n’est donc pas nouvelle, mais elle est enfin approfondie, et cela rajoute un enjeux à l’histoire : réussir à garder sa motivation malgré les distractions. En parlant de divertissement, le spectateur sera très bien servi avec triple dose de combat, condensant les deux premiers films avec en prime une sympathique rencontre entre boxe et catch. Stallone gagnant en musculature, ses adversaires étant plus imposants que jamais, les combats sont eux aussi plus puissants, et aussi simple que soit l’histoire, elle nous captive. Côté personnages secondaires, l’on est heureux de dire au revoir à un boulet, mais en plus d’une Adrian plus potiche que jamais, il faudra aussi composer avec Paulie, son frère, encore plus insupportable qu’auparavant. Avec l’arrivée de la fameuse chanson « Eye of the Tiger », le film marque donc une belle évolution dans la franchise, plus divertissante que jamais.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.