Money Monster

Money Monster
2016
Jodie Foster

En un quart de siècle, voici seulement le quatrième film de Jodie Foster en tant que réalisatrice, en plus de moins en moins présente en tant qu’actrice. Un fait dommageable pour ceux qui se rappellent du Complexe du Castor, belle réussite artistique, il est vrai bien aidée par le casting de luxe et l’originalité de l’histoire. Cette fois encore, la femme va réussir à réunir un formidable casting autour d’une idée forte.

Quelques mois après The Big Short, le monde de la finance se retrouve encore pointé du doigt pour ses dérives et ses conséquences sur le petit peuple. Présentateur vedette de l’émission « Money Monster » spécialisée sur le placement de capital, Lee Gates (George Clooney) ventait hier encore l’investissement dans le cours de l’action de la société Ibis, considéré d’après lui comme un placement sans risque, mais à cause d’un problème algorithmique faisant perdre 800 M$ à l’entreprise, le cours de l’action s’est effondré. Bien sûr, tant que l’on ne vend rien on ne perd rien, mais difficile de rester calme quand on voit ses économies s’envoler en fumée. Ayant placé toutes ses économies dans des actions Ibis comme le conseillait Lee Gates, un homme (Jack O’Connell) va péter un câble, s’introduire armé sur le plateau de l’émission « Money Monster » et va prendre en otage l’homme dont les conseils n’étaient pas si avisés. Responsable en régi de l’émission, Pathy (Julia Roberts) va tenter de maîtriser au mieux la situation.

Sur fond de critique du système économique et de la dérive de certaines chaînes de télé, le film nous raconte donc une terrible prise d’otage en direct à la télévision. Un principe des plus intéressants, d’autant qu’on suit le déroulement de l’histoire selon plusieurs points de vues. On a bien sûr celui explosif du plateau où un présentateur vedette risque sa vie à tout instant mais aussi celui des coulisses de l’émission où l’on découvre l’envers du décors avec une gérante très habile, de même qu’on aperçoit la stratégie policière (avec Giancarlo Esposito à la tête) ou encore l’impact de l’affaire au sein d’Ibis. Cette multiplicité décuple ainsi l’intérêt d’une histoire pleine de rebondissements intéressants, bien écrite, surtout en ce qui concerne les personnages (formidablement interprétés, tout spécialement le duo masculin du plateau), le rythme est haletant et l’humour est finement utilisé pour dédramatiser la situation par moments. Un beau travail qui abouti à une œuvre captivante, thriller engagé et engageant.

Disponible en version alternative et vidéo :
https://www.youtube.com/watch?v=DJRabTJhoao

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques, Vidéo. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.