Marseille

Marseille
2016
Kad Merad

Malgré ses échecs critiques et publiques de Monsieur Papa et Qui a re-tué Pamela Rose ? Kad Merad revient à la réalisation avec un film centré sur la cité phocéenne et l’amour inconditionnel que certaines personnes lui portent. Avec à peine plus de six-cent mille entrées, le naufrage a été évité mais le succès est bien loin. Il faut dire que le film n’a pas grand chose pour sortir du lot.

Ayant immigré au Canada depuis déjà près de 25 ans, Paolo (Kad Merad) passait des vacances tranquilles avec son fils quand son passé va le rattraper. Lui qui ne voulait plus en entendre parler, son Marseille natal va le rappeler avec l’accident de son père, se trouvant entre la vie et la mort d’après son frère Joseph (Patrick Bosso) qui réclame sa présence à ses côtés. En réalité, son pronostique vital n’est pas du tout engagé, seule sa mémoire fait défaut, et la présence d’un fils perdu de vue pourrait lui être bénéfique.

Comme il n’est jamais trop tard pour se remettre en cause, le film nous montre un quinquagénaire faisant le point sur sa vie en revenant dans les terres de son enfance. Fait par des passionnés de la ville de Marseille, le film nous en montre les plus beaux endroits, l’art de vivre des gens qui y résident, sans pour autant en oublier les durs réalités et les drames qui s’y déroulent. À mi chemin entre la comédie légère et le drame humain, le film s’intéresse aussi bien à la ville qu’à ses habitants (incluant une Judith El Zein doctoresse) en racontant leurs joies et leurs peines, sans pour autant arriver à dire quelque chose de neuf ou de passionnant. Les situations sont banales et le film fait la part belle aux clichés, n’arrivant que trop rarement à nous décrocher un sourire ou nous toucher vraiment. Sans parler de ratage complet, le film n’a tout simplement pas grand chose à dire et l’ennui vient assez vite.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.