Time Lapse

Time Lapse
2014
Bradley King (III)

Baladé de festival en festival depuis deux ans, cette petite production de science-fiction vient tout juste de jeter les armes en acceptant son sort : une distribution directement en DVD et diverses plateformes dématérialisées ou non. Il faut dire qu’entre des acteurs pratiquement inconnus en dehors de la télévision et un réalisateur s’attaquant à son premier film, sans compter un budget probablement ridicule de par la nature du film, il n’y avait pas de quoi se montrer confiant.

Il fut un temps, et même encore aujourd’hui pour certaines personnes, où la photographie était considérée comme de la magie noire capable d’emprisonner l’âme d’un individu. On dit aussi que son spectre de captation est supérieur à celui de l’œil humain et qu’une photo pourrait être capable de révéler des présences fantomatiques. Au hasard d’un résident dont l’absence de signe de vie devenait inquiétant, trois jeunes, concierges de leur lotissement, vont découvrir chez lui un appareil photo d’un genre bien particulier : il prend une photo de leur salon tous les jours à 20h, mais ce qui en sort ne correspond pas. D’abord perplexes, ils vont devoir se rendre à l’évidence de la nature prémonitoire des photos.

Il y avait une bonne idée de base, quelques idées de développement, mais pour ce qui est du professionnalisme il faudra repasser. Que la réalisation soit très en dessous des standards de qualité actuels, admettons. Que les acteurs ne soient pas au niveau, à la rigueur tant que l’histoire est bonne, et elle l’est. Le problème, c’est que l’écriture ne se résume pas uniquement à l’intrigue mais aussi à comment elle se déroule. Si le principe de voyage dans le temps photographique est original avec une idée tenue et des rebondissements bien venus avec un principe de boucle épatant, bien que loin de Predestination, le reste laisse à désirer. Les personnages sont creux, stéréotypés, leurs réactions sont souvent discutables, leurs discussions pas bien passionnantes, au point que ça en devient très nuisible à l’histoire par moments. Par exemple, lors de la découverte de l’appareil photo, le trio a pratiquement immédiatement comprit ce qu’était la machine sans prendre vraiment le temps d’essayer de réfléchir à la situation et durant tout le film toute théorie est d’emblée adoptée sans même avoir été débattue. Dommage car cela renforce l’amateurisme qui se dégage du film, alors même que son histoire vaut le coup d’œil et nous réserve de belles surprises. Un petit film de SF intéressant à défaut d’être maîtrisé.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.