The Witch

The Witch
2016
Robert Eggers

Un an après It Follow, la presse a sacré ce film comme étant lui aussi un renouveau magistral du cinéma horrifique, et avec 40 M$ de recettes dans le monde le succès fut bien là. Pourtant, le film est très loin de faire l’unanimité et du côté des spectateurs le bilan est même très mauvais. Alors qui a raison ? Professionnels ou amateurs ?

Avec l’actualité qui nous fait regarder vers les islamistes radicaux, on en oublierait presque que des psychopathes endoctrinés par leur religion jusqu’à un niveau malsain, on en trouve aussi chez les catholiques qui, jusqu’il n’y a pas si longtemps, chassaient les sorcières. Se déroulant au début du XVII° siècle, le film nous raconte l’isolement d’une famille religieuse extrémiste, obligée de partir vivre en dehors de la ville à cause de sa dévotion jugée abusive. Pour eux, c’est Dieu qui teste leur fois, mais des forces bien moins pieuses pourraient être à l’œuvre.

Alors là, bravo à la presse pour sa clairvoyance. Parler de maître de l’horreur dans un film ne comportant pas d’élément horrifique, c’est fort, très fort ! Ne tournons pas autour du pot, ce film est mauvais sur pratiquement tous ses aspects : l’atmosphère est glauque mais nullement stressante et encore moins angoissante, rien dans la mise en scène ou l’histoire ne saurait évoquer la peur et le jeu des acteur est tout simplement médiocre. Une maison isolée, des forces obscures et une famille religieuse qui implore Jésus Christ notre sauveur, on marche sur l’un des sentiers les plus vieux du monde et il commence à être dégueulasse à force d’avoir été piétiné par tout le monde. La fille aînée (Anya Taylor-Joy) martyrisée par tous et qui aurait très bien pu être violée par son petit frère nous permet de rester éveiller tant le lynchage est abusif, de même que les effets de clair-obscur de lumière, et heureusement que le film est plutôt court, mais ça n’empêche que le résultat est insipide. Un pseudo film d’horreur qui ne fait même pas frissonner et son histoire est fatigante de classicisme.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.